En tant que danseur, la flexibilité n’est pas facultative. Pour avoir des mouvements fluides, développer de la force dans des positions allongées et être plus gracieux dans leur présentation, les danseurs doivent pratiquer la flexibilité au quotidien. Si vous remarquez des tensions dans certaines parties de votre corps ou si vous souhaitez améliorer votre routine d’étirement et de flexibilité, voici quelques bons conseils de notre studio de danse à Toronto.

1. Trouver un coach

En tant que danseur, il faut parfois une perspective extérieure pour vous aider à évaluer vos faiblesses et à développer de nouvelles techniques pour atteindre vos objectifs. C’est pourquoi chaque danseur a un coach. Un coach ou une personne spécialisée en flexibilité peut travailler en tête-à-tête avec vous pour vous aider à vous adapter et à atteindre vos objectifs. Beaucoup de ces entraîneurs étaient autrefois des gymnastes rythmiques, des professeurs de yoga ou des danseurs eux-mêmes, et ils pourront utiliser leurs expériences et leurs connaissances pour vous aider à faire mieux.

2. Comprendre ce vers quoi vous travaillez

La flexibilité permet aux danseurs d’exécuter gracieusement leur routine avec force et stabilité. La flexibilité améliore également la posture, soulage les tensions, prévient les blessures, améliore la circulation et le débit d’oxygène, et vous fait paraître plus grand et plus confiant! Comprendre l’importance et les avantages de la flexibilité peut servir de facteur de motivation pour vous garder sur la bonne voie avec vos objectifs.

3. Soyez toujours au chaud

Un conseil important qui est extrêmement important avant de s’étirer est de s’échauffer. Lorsque les muscles sont réchauffés et oxygénés, l’amplitude des mouvements est plus élevée et les étirements sont plus faciles. Réchauffer votre corps avec des exercices légers peut vous aider à adopter les formes que vous souhaitez.

4. Déterminez ce qui vous retient

Une fois que vous avez défini vos objectifs, votre prochaine étape consiste à déterminer les éléments spécifiques qui vous empêchent d’atteindre cet objectif. Ces obstacles sont plus que de devoir s’étirer davantage. Vous devez considérer quels muscles doivent être étirés, ainsi que s’il existe d’autres restricteurs tels que le bas du dos, les hanches, les ischio-jambiers, les fessiers, etc. Un bon moyen de savoir quelles zones vous retiennent est de passer par un série de positions qui testent tout votre corps, afin que vous puissiez avoir une idée de l’endroit où vous vous sentez le plus restreint. Vous devriez faire des squats, des jambes croisées, de longues assises, de la flexion des genoux, des rotations des hanches, des mouvements des épaules, de la flexion du dos et des mouvements du cou, pour n’en nommer que quelques-uns.

5. Étirez-vous l’après-midi

L’après-midi est l’un des meilleurs moments de la journée pour faire des étirements. À ce moment-là, vous vous promenez probablement depuis un certain temps et vous avez accumulé de la chaleur dans votre corps. Lorsque vous vous étirez tôt le matin, vous pourriez vous sentir un peu tendu et remarquer que votre amplitude de mouvement n’est pas aussi bonne qu’elle ne l’est normalement. Dans l’après-midi, votre corps se sera suffisamment réchauffé pour amener votre amplitude de mouvement au niveau qui devrait être afin que vous puissiez vous pousser dans vos étirements sans trop d’inconfort.

6. Poussez-vous (de manière positive)

Parfois, le plus grand ennemi de notre progrès est notre esprit. Il est facile de se décourager pendant les périodes de difficulté, surtout lorsque certaines parties de notre corps ne fonctionnent pas comme nous le souhaitons. Cependant, la clé du progrès est de se pousser même quand ça fait mal. Chaque petite poussée vous rapprochera de votre objectif, tant que vous restez dans vos limites. Bien que vous deviez être prudent pendant vos premiers jours d’étirement, vous devez apprendre à écouter et à comprendre votre corps et à déterminer ce dont il a besoin. Les étirements doivent toujours être ressentis comme une bonne douleur. Si quelque chose vous semble douloureux ou dangereux, n’en faites pas trop.

7. Suivez votre plan aussi régulièrement que possible

Une fois que vous avez développé votre objectif, identifié vos restrictions et préparé votre corps en le tonifiant et en l’étirant, la prochaine chose à faire est de suivre un plan cohérent et de le faire aussi souvent que possible. En fonction de votre situation personnelle, il peut y avoir un plan spécifique qui fonctionne pour vous. En élaborant un plan, vous pouvez tirer parti de chaque séance pour donner à votre corps une pratique constante et la possibilité de s’adapter à vos gains.

8. La technique est tout

Lorsque vous vous étirez, il est important d’utiliser la bonne technique. Sans cela, vous pouvez vous blesser gravement. Vos hanches et vos épaules doivent être au bon endroit lorsque vous les étirez, sinon vous préparez une recette de blessure. En engageant vos muscles pendant que vous vous étirez, vous pouvez protéger vos articulations tout en créant une gamme de mouvements. Ne vous détendez pas simplement et ne jetez pas votre corps dans une division.

9. N’oubliez pas qu’il existe des tonnes de façons différentes d’étirer

Lorsque vous faites face à des restrictions lors de l’étirement, il est important de ne pas se décourager. Si un certain étirement ne fonctionne pas pour vous, rappelez-vous qu’il existe plusieurs façons. Faire une fente profonde du fléchisseur de la hanche tous les jours n’est peut-être pas le moyen le plus efficace pour vous tout le temps. Vous pouvez également vous étirer en vous déplaçant sur le sol et en voyant jusqu’où vous pouvez prendre chaque mouvement. Si vous êtes pressé, un étirement de 10 minutes peut suffire, ou si vous avez le temps supplémentaire, vous pouvez vous étirer pendant une heure entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *