Tamara Bacci, Perrine Valli et Marthe Krummenacher vs Daniel Léveillé

Avec un propos qui se recouperait presque, soit la dissection intellectuelle et physique de la nature de la danse, ou mieux, de ce qui incite à danser, Tamara Bacci, Perrine Valli et Marthe Krummenacher d’un côté et Daniel Léveillé de l’autre, racontent «plus de vingt ans de danse, de matières corporelles et de savoir-faire accumulés». Mais si les premières le font avec un humour sensible, le second en fait une démonstration de capacité musculaire et de testostérone, filles non exclues.

Daniel Léveillé@D. Farley

Daniel Léveillé@D. Farley

Laissez-moi danser, de Tamara Bacci, Perrine Valli et Marthe Krummenacher raconte leur histoire intime d’interprètes, même si Perrine Valli en est la chorégraphe, elle « interprète » leur histoire. C’est drôle, intelligent et touchant. Sans jamais appuyer, les choses sont dites comme une évidence, comme lorsqu’elles évoquent ce besoin de surhumanité en se déguisant d’un costume de Spiderman un peu trop grand pour elles. Au-delà de cette histoire de danse, avec la souffrance plus encore mentale que physique librement consentie, elles évoquent aussi la difficulté à être femme, avec cet impératif de séduction et de conformité à un surmoi exigeant et parfois sadique. Un tutu que Marthe ne pourra jamais enfiler, la musique triomphante et sporadique de Roméo et Juliette de Prokofiev, l’épuisement de Tamara que laisse aller au sommeil et le journal intime de Perrine Valli suffisent à tout dire de la solitude de ce métier et de leurs choix.

Solitudes Solo de Daniel Léveillé n’a rien de très solitaire, mis à part que chacun vient donner son interprétation d’un même solo, sur la chaconne de la partita N° 2 en ré mineur de Jean-Sebastien Bach. Le vocabulaire de Daniel Léveillé est égal à lui-même : sauts sans élans, écarts brutaux, retombées tout en lourdeurs, figures d’endurance, enchaînements impossibles. Le corps est volontaire. Et même si cette pièce, au fond, raconte aussi la solitude du danseur devant la performance, l’ensemble finit par être un peu lassant tant est assénée la force nécessaire pour la réaliser.

Agnès Izrine

25 et 26 mai 2013 Rencontres de Seine-Saint-Denis

La Chaufferie/Saint Denis

Maison du théâtre et de la danse/Epinay sur Seine

Laissez-moi danser
Chorégraphie  Tamara Bacci, Marthe Krummenacher, Perrine Valli
Conception de la forme, réalisation Perrine Valli
Conception du fond, idées Tamara Bacci, Marthe Krummenacher
Danse Tamara Bacci,Marthe Krummenacher
Interprétation texte Perrine Valli
Lumières Laurent Schaer

Solitudes Solos

Chorégraphie Daniel léveillé
Interprètes Manuel Roque, Justin Gionet, Emmanuel Proulx, Gaëtan Viau, Lucie Vigneault
Apprentie Marie-Ève Lafontaine
Lumières Marc Parent
Musique Jean-Sebastien Bach
Conseil aux costumes Geneviève Lizotte
Direction des répétitions Sophie Corriveau
Direction technique, régie Armando Gomez Rubio

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :