Trisha Brown tire sa révérence à Montpellier Danse

Astral Convertible en 1989  @Lois Greenfield

Astral Convertible en 1989 @Lois Greenfield

C’est le 22 juin 1989 dans la Cour Jacques Cœur de Montpellier danse qu’a été vue la première mondiale d’Astral Convertible. Il semblait donc naturel que ce soit  là que s’inaugure la tournée internationale qui durera trois ans de ces Proscenium Works (1979-2011) qui mettent un terme à la carrière artistique de la chorégraphe, pionnière de la post-modern dance avec ce même Astral Convertible et If you couldn’t see me qui a également marqué l’histoire de ce grand festival dirigé par Jean-Paul Montanari.

Astral Convertible sur une partition pour huit instruments à vent de John Cage est une émanation sensible de l’air du temps. Rauschenberg avait imaginé pour cette pièce une installation équipée de capteurs sensibles aux mouvements des danseurs. Danse, lumière et son interagissant en écho, à la manière d’un champ d’interférences en déplacement constant. Les danseurs semblent des électrons libres traversant des champs de force opposés, légers, fluides. La chorégraphie, aussi ingénieuse que rigoureuse joue sur l’horizontalité et la verticalité, explorations chères à Trisha Brown mais aussi à cette époque.On est totalement fasciné par ces évolutions si naturelles en apparence, cette danse qui semble couler de soi.

Astral Convertible en 2013

Astral Convertible en 2013

Astral Convertible, Trisha Brown et Robert Rauschenberg@J. Mitchell

Astral Convertible, Trisha Brown et Robert Rauschenberg@J. Mitchell

If You Couldn’t See Me (1994) est un solo que l’on avait vu à Montpellier en duo avec Bill T. Jones et le revoir, dans sa version originale mais dansé par Leah Morrison est un grand moment de l’œuvre brownienne. Et même s’il est difficile de voir un autre corps que le sien s’emparer de ce solo cérébral et sensuel, on ne peut qu’apprécier le travail d’orfèvre du contrepoids et de la torsion vertébrale que distille ce solo qui est dansé dos au public de bout en bout.

Enfin, I’m going to toss my arms : if you catch them they’re yours (2011) dont le titre est tiré d’une consigne lancée en répétition, est une pièce sur l’impondérable et l’immatériel. Avec ses costumes emportés par le courant d’air et le souffle des moteurs scénographiés par Burt Barr, on passe d’une atmosphère crépusculaire à une sorte de danse joyeuse et solaire, tandis que les dansurs se retrouvent en maillot de bain. Il y a de la liberté dans l’air, symbolisée par l’énergie et la rapidité des danseurs « dans le vent ».  Mais aussi laisse sourdre une impression de fragilité . Et tandis que la pièce se finit et que la dernière danseuse quitte la scène, qui ressemble soudain à un long adieu.

I'm going to toss my arms..@L. Philippe

I’m going to toss my arms..@L. Philippe

La compagnie qui a été confiée à Diane Madden et Carolyn Lucas, anciennes danseuses promues directrices artistiques adjointes, est toujours remarquable et sait conjuguer les pièces du passé au présent.

Agnès Izrine

Montpellier Danse – Théâtre de l’Agora

27 juin 2013

Astral Convertible (1989)

Chorégraphie Trisha Brown
Avec Neal Beasley, Tara Lorenzen, Diane Madden, Megan Madorin, Leah Morrison, Jamie Scott, Stuart Shugg, Nicholas Strafaccia, Samuel Wentz
Scénographie Robert Rauschenberg
Musique John Cage (By arrangement with Peters Edition Limited, London, Courtesy of Mode Records and Philipp Vandré)
Création lumière Ken Tabachnick
Avec le soutien de Lower Manhattan Cultural Council, pour la reconstruction de Astral Convertible, à travers d’une résidence Process Space au Building 110 : LMCC’s Arts Center au Governors Island.
Spectacle créé au Festival Montpellier Danse 1989

If you couldn’t see me (1994)

Chorégraphie Trisha Brown
Avec Leah Morrison
Musique, costumes, scénographie Robert Rauschenberg
Lumière Spencer Brown, Robert Rauschenberg
Avec le soutien de Dance Ink, Inc., the Charles Engelhard Foundation, the Harkness Foundation for Dance, the Andrew W. Mellon Foundation, the Joyce Mertz-Gilmore Foundation
Avec le soutien individuel généreux de Mr. William Forsythe, Mr. S.A. Spencer
Spectacle créé au Festival de danse de Chateauvallon 1994

I’m going to toss my arms – if you catch them they’re yours(2011)

Chorégraphie Trisha Brown
Avec Neal Beasley, Tara Lorenzen, Megan Madorin, Leah Morrison, Jamie Scott, Stuart Shugg, Nicholas Strafaccia, Samuel Wentz
Scénographie Burt Barr
Musique Alvin Curran, Toss & Find
Création costumes Kaye Voyce
Création lumière John Torres
Assistante chorégraphique Carolyn Lucas
Arrangement sonore Luca Spagnoletti
Commande du Théâtre national de Chaillot
Coproduction Trisha Brown Dance Company
Avec le soutien de New England Foundation for the Arts National Dance Project, Doris Duke Charitable Foundation, Andrew W. Mellon Foundation, MetLife Foundation, National Endowment for the Arts, Brooklyn Academy of Music, Charles Engelhard Foundation, Fan Fox & Leslie R. Samuels Foundation, Glady’s Krieble Delmas Foundation, Harkness Foundation for Dance, Shubert Foundation, New York State Council on the Arts
Avec l’aide de Governor Andrew Cuomo, New York State Legislature, New York City public funds (Department of Cultural Affairs) en partenariat avec le City Council

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :