Cantatas de Raimund Hoghe à Montpellier Danse

Cantatas a la simplicité éblouissante de la musique de Bach qui compose l’essentiel de ce nouvel opus de Raimund Hoghe. Ouvrant sur le célèbre Air suite pour orchestre N° 3 (en ré majeur), Cantatas, prend pour point de départ la marche. C’est elle qui va définir l’espace (les danseurs délimitent le contour de la scène, en entrant un par un pour se suivre en file indienne) et le temps (la cadence des pas fixant une fois pour toute l’unité rythmique de la pièce). Une fois ceci posé, les trois heures qui vont suivre ne sont qu’accidents ou variations venant troubler la limpidité de cette esthétique où l’ordre et la  beauté sont synonymes. Et les écueils, les surprises, les accrocs ne manquent pas. Très vite, les sept interprètes se singularisent. Chacun d’entre eux a son… interprétation justement, qui passe par une écriture personnelle liée à leur chair et leurs souvenirs. Cantatas2Emmanuel Eggermont laisse entrevoir au détour d’un geste une attitude de Faune tirée de l’Après-midi, Marion Ballester reprend quelques bribes chorégraphiques de Si je meurs laissez le balcon ouvert, Takashi Ueno du Pas de deux… toutes œuvres du même Hoghe. Peu à peu, surgissent des interpolations, des jalons, qui circulent au sein même de Cantatas, jouant sur le plaisir du retour du même, ressort par excellence de tout bonheur musical.

Raimund Hoghe et Finola Cronin@Rosa Franck

Raimund Hoghe et Finola Cronin@Rosa Franck

Soudain, surgit Finola Cronin, vêtue de rouge, de pied en cap, qui esquisse quelques pas sur Singing in the Rain, et la pièce, de par sa présence, prend un autre tour, comme si elle libérait malicieusement les affres d’un désordre qui ramène de la vie dans ce bel ordonnancement calme, triste et mesuré.

Du coup, Raimund chausse cothurnes et porte le cotillon, ou le kimono, c’est selon. Abandonnant toute mesure, le voilà qui traverse la scène en courant tel un Génie du chaos nouvellement affranchi, ramenant même le spectre de Giselle avec quelques lys blancs. Puis retour au calme avec les sublimes cantates de Bach chantées par Janet Baker ou Joan Sutherland qui redonnent de l’épaisseur à l’atmosphère et ourlent les danseurs du velours sombre de leurs voix. Ça pourrait durer ainsi jusqu’à la fin, nous enveloppant dans cette onde douce et ténébreuse.

Finola Cronin et Luca Giacomo Schulte@Rosa Franck

Finola Cronin et Luca Giacomo Schulte@Rosa Franck

Mais Finola revient. Juchée sur ses talons rouges. En manque de cigarette ou d’homme on ne sait pas… présence magnifique de femme, personnage à part, être d’exception. Cantatas égrène ainsi un temps qui n’existe pas et une solitude qui se détache de chaque silence. Car, quand la musique s’arrête il ne reste que le vide, vertigineux, de l’existence.

Agnès Izrine

25 et 26 juin 2013 – Montpellier Danse – Théâtre de Grammont

 

 

 

Conception, mise en scène, chorégraphie, scénographie Raimund Hoghe
Collaboration artistique Luca Giacomo Schulte
Avec Marion Ballester, Finola Cronin, Adrien Dantou, Emmanuel Eggermont, Raimund Hoghe, Luca Giacomo Schulte, Yutaka Takei, Takashi Ueno, Kerstin Pohle (soprano)
Lumière Raimund Hoghe, Johannes Sundrup
Son Frank Strätker

Cantatas@Rosa Franck

Cantatas@Rosa Franck

En tournée

24, 25 septembre
Festival Materiais Diversos, Teatro Municipal S. Luiz, Lisbonne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :