See her change de Yasmeen Godder à Montpellier Danse

See her change@G. Dagon

See her change@G. Dagon

See her change : regardez-la comment elle se transforme, se change, se déshabille, se débrouille, se démène, entre l’envie de liberté et les rôles imposés, sous le regard de… qui au juste? Les trois protagonistes, à savoir Yasmeen Godder, Dalia Chaimsky et Shuli Enosh, toutes les trois nées à Jérusalem, ne sont pas sans s’observer mutuellement. Clownesques, rebelles ou grotesques, combattives ou sensuelles, elles envoient balader tous les stéréotypes, dos à dos. Leurs perruques fluo, aux couleurs arc-en-ciel ou autres, sont de mauvais goût? Eh bien, justement! La Pom Pom Girl, la pop star, la combattante, la belle et sensuelle – toutes ces images de la femme sont prises d’assaut et retournées de l’intérieur, comme le ferait une clown contemporaine. Assise en grand écart, Godder lèche sa jambe, et sa sensualité supposée se pare d’une attitude défiante. A la voir ainsi prendre à contre-pied, ou plutôt à contre-jambe, une image-type de la danse classique, ce grand archétype historique de la performance féminine, on pense un peu à Valeska Gert (« Je suis une sorcière »). Vers la fin, des étoiles, américaines ou rouges, revoient au fait que la femme est aujourd’hui aussi appelée à se conformer au monde masculin en portant l’uniforme. Mais alors que c’est le cas tout particulièrement en Israël, l’étoile de David manque. Et pourtant, on pense à elle. Bien joué! A d’autres moments, les galipettes de tous genres rappellent plutôt qu’il existe, dans la danse contemporaine, actuellement un courant qui aime flirter avec la régression. Le discours de Godder est ici moins directement politique, moins lié à la situation en Israël que précédemment, et se veut plus universel. Mais il est aussi plus convenu, plus prévisible. L’appel à regarder comment « elle » change se réfère donc aussi à la chorégraphe en personne et à son évolution artistique.

Thomas Hahn

 

4 et 5 juillet 2013 – Montpellier Danse, Studio Bagouet

Chorégraphie Yasmeen Godder
Codirection artistique, dramaturgie Itzik Giuli
Avec et par Yasmeen Godder, Dalia Chaimsky, Shuli Enosh
Musique Hope Sandoval & The Warm Inventions – On the Low, Mu – Hello Bored Biz Man, Devendra Banhart – Hey Miss Cane, James Blake – Wilhelm’s Scream, Cat Power – New York, Eliane Radigue – Adnos II, Elemental II, Mika Vainio – Yksinäisyys, Suru, Katkeruus, Ahriman, Nurse with Wound – Stick That Chick And Feel My Steel Through Your Last MealAll of MeJuice Head Crazy Lady, Untitled 8Untitled 5, Mori-Nauseef-Parker Laswell – Majuu
Création lumière Andreas Harder
Montage son Tomer Rosenthal, Yasmeen Godder, Itzik Giuli
Ingénieur son Oren Cohen
Direction répétitions Matan Zamir
Costumes, accessoires Tom Krasny
Régie, vidéo Yochai Matos
Direction technique Omer Sheizaf
Administration, production Guy Hugler
Projets à l’international, développement Francesca Spinazzi

 

http://www.yasmeengodder.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :