Rizzo fait le buzz en Avignon

Une des particularités du festival d’Avignon est que l’on y parle beaucoup. Les spectateurs, aussitôt installés sur leur siège, discutent avec leurs voisins des dernières pièces vues, de leurs coups de cœur, de leurs déceptions et, à ce palmarès du bavardage de bon aloi Christian Rizzo est sans conteste le vainqueur de cette 67e édition du festival.

Avec son titre, finalement très littéraire, d’après une histoire vraie, raconte l’histoire d’une sensation et de son inscription dans les replis d’un inconscient. À la croisée exacte du corps et de la mémoire.

« En 2004 à Istambul – raconte Christian Rizzo, À quelques minutes de la fin d’un spectacle auquel j’assiste, surgit comme de nulle part une bande d’hommes qui exécute une danse folklorique très courte et disparaît aussitôt. Une émotion profonde, presque archaïque, m’envahit. Était-ce leur danse ou le vide laissé par leur disparition qui m’a bouleversé ? Bien que floue, cette sensation est restée depuis ancrée en moi. »

Prenant donc un point aveugle pour point de départ d’après une histoire vraie se déploie comme on déplierai les méandres du désir, ou du souvenir. Aussi obscurs. Car le chorégraphe « n’aime pas montrer des corps glorieux » et « préfère des corps abandonnés, fragiles, se fragilisant ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Remontant alors le cours du temps à la recherche de l’émotion originelle, il rencontre l’écriture. Car finalement, seule une fiction vibratile peut venir combler le vide de la sensation perdue et ressusciter la vivacité du trouble ressenti. Et d’après une histoire vraie tisse littéralement des bribes fictionnelles qui empruntent au folklore méditerranéen tout en plongeant profondément dans l’univers étrange et palpitant de Christian Rizzo et son idiosyncrasie chorégraphique.

Sur le plateau entrent un par un les huit danseurs, chacun se glissant dans la gestuelle de son prédécesseur et l’augmentant d’une nouvelle posture. De sombres éphèbes dont la virilité barbue s’infléchit de leurs cheveux qui flottent au vent. Reprenant, d’une certaine manière, la figure du guerrier qu’une féminité augmente, chère à la littérature du XIXe siècle.

La composition se complexifie laissant apparaître des fils qui entrelacent les chandelles et les appuis bancals chers à Rizzo à des mouvements venus d’ailleurs : mains croisées derrière le dos pour une marche sans fin, hommes qui se tiennent par l’épaule et s’alignent, paumes qui se tournent vers le ciel…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soudain les deux batteries tenues par le compositeur Didier Ambact (qui collabore souvent avec Christian Rizzo) et King q4 déferlent, ondes et timbres qui répondent à la lumière atmosphérique de Caty Olive. Sur un seul et même morceau aux confins de la musique tribale, du rock psychédélique et du dub, les batteurs (formidables !) déclenchent rafales et chaos. L’intensité de leurs percussions délivre les corps et déchaîne soudain les passions. Les danseurs vrillent, sautent, s’échappent et reviennent au groupe dans des voltes sourdes, jaillissent, se réunissent et se dissolvent dans de fiévreuses ondulations redonnant vie à cette effraction du regard originelle, matrice d’après une histoire vraie.

Se contenter de cette lecture littérale ne suffirait pas à envelopper cette pièce dont la portée symbolique et politique dépasse très largement le seul surgissement du désir.

Dans cette horde communautaire masculine des bords de la méditerranée les gestes sont aussi ceux de la révolte et de l’impuissance, des pierres que l’on jette, d’hommes à terre, où rodent la mort et l’humiliation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et ce n’est pas la transe, virile, pulsionnelle, qui saisit ces hommes en grappe qui pourront calmer les images qu’ils font éclater à la surface de la scène – qui pour être primitive, n’en est pas moins profonde. Comme l’ombre qui finit par envahir le plateau.

Agnès Izrine – Galeries photos de Laurent Philippe

Du 8 au 15 juillet 2013 – Festival d’Avignon, gymnase Aubanel

Distribution

conception, chorégraphie, scénographie et costumes Christian Rizzo
musique Didier Ambact et King Q4
lumière Caty Olive
avec Fabien Almakiewicz, Didier Ambact, Yaïr Barelli, Massimo Fusco, Miguel Garcia Llorens, Pep Garrigues, Kerem Gelebek, King Q4, Filipe Lourenco, Roberto Martínez

En tournée

  • Valenciennes le 30/11/2013 – Phénix scène nationale Valencienne
  • Mulhouse le 14/01/2013 – La Filature Scène nationale de Mulhouse
  • Cergy-Pontoise le 14/02/2014 – L’Apostrophe Scène nationale de Cergy-Pontoise
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :