Les Jeunes hommes et La Mort

À voir et à comparer, trois façons de danser Le Jeune Homme et la Mort de Roland Petit.

L’historique, de son interprète créateur, Jean Babilée, suivie d’une version (télévisée ?) avec Rudolf Noureev et Zizi Jeanmaire, puis de l’ouverture de Soleil de Nuit (1987) où Baryshnikov interprète le rôle avec Florence Faure dans le celui de La Mort, le tout revu par Roland Petit sur un arrangement de Michel Colombier de la grande Passacaille en do mineur BWV 582 de J.S. Bach. Enfin, dans la version actuelle qu’en donne l’Opéra de Paris, avec Nicolas Le Riche et Marie-Agnès Gillot.

Jean Babilée – extrait inclus dans le documentaire : Le Mystère Babilée

 

Rudolf Noureev et Zizi Jeanmaire (en deux parties)

 

Mikhaïl Baryshnikov et Florence Faure, en ouverture du film Soleil de Nuit (White Nights) – (désolés pour les sous titres portugais !)

 

Nicolas Le Riche et Marie-Agnès Gillot à l’Opéra de Paris en 2005 (en deux parties)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :