Décès du chorégraphe Pierre Doussaint

Le danseur et chorégraphe Pierre Doussaint, né en 1958 à Sfax (Tunisie), est mort dimanche 28 juillet des suites d’un cancer, a annoncé le 30 juillet dernier le syndicat Chorégraphes associés dont il était membre fondateur et président depuis plusieurs années.

Dans un communiqué, le syndicat lui rend hommage d’« un homme qui s’est battu toute sa vie pour la danse (…) Nous nous souviendrons de sa formidable énergie, de son enthousiasme et de son courage sans limite ».

Pierre Doussaint au conservatoire de Chartres

Pierre Doussaint s’était formé à la danse contemporaine auprès de Karin Waehner, au sein des Ballets contemporains avant de rencontrer Susan Buirge et Carolyn Carlson. Mais il avait au départ une formation musicale et s’était essayé au rugby et défiait quelque danseur que ce soit d’improviser aussi vite que sur un terrain. Dès 1979 il chorégraphie Silence, puis fonde une compagnie en duo avec Isabelle Dubouloz en 1983. Il danse également avec Dominique Petit et crée un duo Danse avec Lolita avec le sextet de Steve Lacy et avec le tandem Bouvier-Obadia. Il rencontre Elsa Wolliaston et Hideyuki Yano, et entreprend des voyages et des recherches sur le continent africain.

En 1986 il obtient le 1er Prix du Concours international de Bagnolet avec Fragment 1.

À la suite de ce prix il suit l’enseignement d’aïkido de Maître Kobayashi puis est laureéat d’une bourse Villa Médicis hors les murs et part au Japon suivre l’enseignement de Kazuo Ohno et s’initie à la danse butô.

 Il crée ensuite La Beauté des fleurs (1988),  crée sa propre compagnie en 1989, et adapte Le Livre de la pauvreté et de la mort de R. M . Rilke sur des décors d’Ernest Pignon Ernest. Mi-Ange, mi-démon (1990).

À partir des années 1990 il crée sa propre compagnie et se lance dans des projets pédagogiques dans des quartiers « difficiles » ou défavorisés . Notamment aux Mureaux où il finira par habiter. Il monte avec les jeunes des Mureaux la compagnie Evidence Métis. En 1993 , il se frotte au monde du cirque et crée Dialogue sous chapiteau pour les élèves du Centre national des arts du cirque de  Châlons-en-Champagne. Il intégre des artistes circassiens à sa compagnie et crée de nombreux spectacles.

En 2000, il crée la compagnie Les Acharnés, avec Nathalie Tissot chorégraphe et interprète de la compagnie depuis 1989 et sa compagne avec laquelle il a eu deux filles.

Il crée défilés et parades pour la Fête des vendanges de Suresnes, Nanterre, La Biennale de la danse de Lyon ou « Karacéna » au Maroc.

Il enseigne, donne des master class et des stages sans relâche dans le monde entier.

Il chorégraphie Soongook Yakar, Ils affrontent l’espoir avec Germaine Acogny. Sa dernière création en France, Les Masses merveilleuses, viens danser avec moi ! réunissait autour d’un solo qu’il dansait vingt à trente participants … À l’image de sa vision d’une danse pour tous. Car Pierre Doussaint était certainement l’un des chorégraphes les plus sympathiques et généreux. Pour lui, la danse était avant tout un moyen de communication entre les hommes, quelle que soit leur culture, leur origine ou leur classe sociale. Sans a priori aucun et surtout sans la moindre condescendance de sa part. Il était courageux et… aussi acharné que le nom qu’il avait donné à sa compagnie.

Agnès Izrine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :