“Kings” de Gilles Baron

I, I will be king / And you, you will be queen… L’increvable rengaine “We could be heroes” de David Bowie donne le ton. Aussitôt, plusieurs adolescents en sweats et capuches traversent le public pour monter sur scène.

Forts d’une attitude rebelle sous-jacente, sobres, mélancoliques, silencieux et parfois menaçants, ils prennent possession de l’espace. Sous tension palpable, les corps donnent tout à sentir de l’aspiration à des lendemains meilleurs, du désir de sortir d’une impasse. Rois est la création principale de l’édition 2013 du festival Cadences d’Arcachon et se présente plutôt recluse, à l’image d’une huitre. Non, ces « djeuns »-là ne se livrent pas facilement.

Dans le song(e) de Bowie, le narrateur adresse un rêve entre kitsch, romantisme et violence à son amoureuse. Chez Baron, un gang de garçons livre bataille. Les éclairages suggèrent des cocktails Molotov qui explosent. Et après? Quand toute aspiration à une jouissance de roi ou de héros quitte les corps, quand le spectacle semble se noyer dans une gueule de bois, le conflit renaît soudainement, à l’intérieur du gang.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Faute de pouvoir conquérir le monde, soyons donc rois ou héros au moins entre nous! Le sol blanc et le rideau de fond, doré et soyeux, symbolisent les rêves baroques de pouvoir et de beauté. Mais le rideau tombe et rien ne se fait des envolées aériennes annoncées comme métaphore du pouvoir et du rêve. La raison est banale, elle est budgétaire. Aussi, le spectacle n’a pas pu se créer dans la version prévue. Le résultat relève donc d’une symbolique à double lecture. Voilà les acrobates cloués au sol, tout autant que leurs personnages, pour exécuter leurs salti et figures acrobatiques au plus près de la gravité. Et c’est tout aussi parlant.

Ce que Baron a pu accomplir est l’homogénéité. En effet, on ne distingue plus les danseurs des circassiens. Mais cela se fait au prix de la complexité et de l’innovation en matière de langage chorégraphique. La danse elle-même, dans un registre presque performatif (on songe aux ambiances crépusculaires  dans certains spectacles de Gisèle Vienne) réserve aussi peu de surprises que le traitement du sujet lui-même. Au bout du compte, et malgré la sensibilité des personnages affichée au début, les rêves d’héroïsme passent, une fois de plus, exclusivement par la violence. Un projet aérien aurait sans doute permis de développer d’autres pistes.

Thomas Hahn

18 septembre 2013 –  Festival Cadences – Arcachon

Distribution :
Interprètes : Guilhem Benoît, Lionel Bégue, Paul Canestraro, Clément Le Disquay, Raphaël
Gardrat, Itamar Glucksmann, Tatanka Gombaud, Sébastien Perrault

– Conception et chorégraphie : Gilles Baron
– Scénographie : Denis Tisseraud & Gilles Baron
– Dramaturgie : Juliette Plumecocq-Mech
– Réalisation sonore : Laurent Sassi
– Musique : Gabriel Fauré
Lumières : Florent Blanchon

Publicités

Comments

  1. J’ai eu la chance d’assister à cette représentation à Arcachon.
    Si je lis cette critique j’ai bien l’impression de ne pas avoir vu la même pièce.
    Il m’a semblé très pertinent de traiter l’élévation par la chute et l’abandon pour recréer un vrai pouvoir,une vraie force:la collectivité.
    Des acrobates cloués au sol..?
    Vraiment?nous n’avons pas vu le même spectacle!

  2. Bonjour,

    Et merci de votre réaction.
    Nous avons bien sûr vu la même pièce.
    Mais il s’agit ici de marquer le contraste entre le projet initial, qui n’a pas pu être réalisé, et le spectacle tel qu’il existe, pour démontrer les conséquences des politiques budgétaires. Si je parle de salti, il va de soi que les acrobates ne collent pas au sol au premier sens du terme. Mais bon, je ne peux que répéter ce que j’ai écrit dans mon article. La gravité ne permet pas d’envols, même pas à des acrobates. Il leur aurait fallu la structure prévue pour s’installer durablement en hauteur et donner tout son sens au titre et au reste du décor.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :