« Azimut » : Aurélien Bory retrouve le Groupe acrobatique de Tanger

Il fait nuit. Deux femmes et neuf hommes sortent de leurs sacs gris suspendus qui montent et descendent dans un étrange ballet vertical. A la lueur d’une torche ils forment une pyramide furtive ou se balancent dans les airs, la tête vers le bas et fixent le public, un cri sur les lèvres. Azimut  fait monter l’adrénaline. Une pièce arrachée de haute lutte à un pays qui n’en veut pas.

Un art vieux de cinq siècles

L’acrobatie marocaine a des racines spirituelles, au même titre que la culture Gnawa ou les danses traditionnelles d’Asie. Cela détermine son rapport au temps et crée une relation particulière avec le ciel. En témoignent les figures traditionnelles comme les pyramides et la roue, la tzinga. Selon Aurélien Bory cette figure circulaire ouvre une porte vers l’éternel : « Là où toutes les autres acrobaties du monde s’arrêtent, ici ça continue et ça continue! » (1)

Azimut@Aglaë Bory

Azimut@Aglaë Bory

Ce savoir-faire, né au 16e siècle dans un contexte considéré comme sacré, se renouvèle aujourd’hui au contact de la chorégraphie occidentale. Cela ne fait qu’une petite décennie que le Groupe acrobatique de Tanger est né, mais déjà un livre-manifeste lui est consacré. « Taoub – Le Groupe acrobatique de Tanger » (1) témoigne de la naissance et de l’histoire de cette troupe et de ses trois créations contemporaines qui revalorisent ce patrimoine au 21e siècle, ainsi que des origines antiques de cet art.

Acrobates-créateurs

Depuis leur première rencontre avec Aurélien Bory, qui a donné lieu à la création du spectacle « Taoub » en 2004, les circassiens tangérois sont passés par la collaboration avec les Suisses Zimmermann De Perrot (création de Chouf ouchouf ) et ont mieux intégré le fonctionnement du processus créatif à l’européenne, avec sa phase de recherche, ses incertitudes et ses surprises. C’est ce qui a motivé Aurélien Bory pour accepter la proposition de travailler de nouveau avec la troupe tangéroise créée et dirigée par Sanae El Kamouni. Car jusque-là, le chorégraphe et metteur en scène ne jurait que par le renouvellement des défis et n’avait jamais réitéré une collaboration. Il va de soi que la commande par Marseille Provence 2013 et le soutien de la Fondation BNP Paribas, engagée autour de Bory et de la troupe de Tanger depuis longtemps, ont également pesé dans la balance.

Quo vadis ?

Azimut signifie « chemin » ou « direction », et là est toute la question, pour la troupe, son art et son pays. Quel chemin prendra le Maroc? En creux, cette pièce met en jeu les rapports entre Orient et Occident, entre tradition et modernité. Au contact de l’électronique, la musique, basée sur des airs traditionnels et des instruments comme le ribeb, devient rugueuse. Les acrobates s’envolent. Car Bory fait de l’acte de voler la thématique formelle du spectacle. Si les sauts font partie des éléments traditionnels marocains, la machinerie théâtrale et la suspension sont d’origine occidentale. Balançant entre deux traditions, chaque image est à double lecture et remet en jeu la perspective.

Double lecture

De quel sorte de tunnel sortent-ils un par un, quand ils passent entre les jambes d’une femme ? Cherchent-ils la vie, la  lumière ou de nouveaux horizons? Quand ils traversent le plateau en roues, comme une caravane insaisissable, en écho à un spectacle précédent de Bory (Plus ou moins l’infini ), ils narguent l’œil du spectateur. Leur pyramide nocturne évoque la recherche d’une lumière réconfortante, mais aussi une action clandestine. La notion de danger n’est pas transmise par la seule figure acrobatique, mais tient aussi à la situation. Quand un homme se promène dans les airs, la tête vers le bas et finit par  descendre sur terre, son ombre reste collée au plafond. Quand tous se jettent dans le vide, derrière un énorme tissu, leur escalade se transforme en lente disparition, comme lors d’une noyade. Quand ils escaladent une énorme grille pour s’y attacher, ils font trembler ce symbole de séparation. Moucharabieh simplifié ou forteresse Europe, crise mystique ou politique?

Azimut  est sur la bonne voie, dans le sens de la rencontre et de l’échange, sur une route qui s’annonce somptueuse. Mais elle pourrait bien faire l’impasse du Maroc. Déjà, toutes les répétitions, sauf les premiers ateliers, ont du se tenir en France. Pourtant, le plus grand désir de cette troupe de caractère(s) est de pouvoir enfin se produire dans son propre pays, dont elle est un ambassadeur de poids. Pardon, d’apesanteur.

Azimut@Aglaë Bory

Azimut@Aglaë Bory

Thomas Hahn

« Azimut » a été créé du 20 au 27 septembre 2013 au Grand Théâtre de Provence (Aix-en-Provence) sous impulsion de son directeur Dominique Bluzet.

(1)   Taoub – le Groupe acrobatique de Tanger. 2012, Senso Unico & Editions du Sirocco.

http://www.cie111.com

Distribution

Conception, scénographie, mise en scène Aurélien Bory

Avec les artistes du Groupe acrobatique de Tanger Najib El Maïmouni Idrissi, Mustapha Aït Ouarakmane, Mohammed Hammich, Amal Hammich, Yassine Srasi, Achraf Mohammed Châaban, Adel Châaban, Abdelaziz El Haddad, Samir Lâaroussi, Younes Yemlahi, Jamila Abdellaoui

Chef du Groupe acrobatique de Tanger Younes Hammich

En tournée  :

09 octobre 2013 > 13 octobre 2013
NANTES – Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique

17 octobre 2013 > 20 octobre 2013
SCEAUX – Les Gémeaux, scène nationale

26 octobre 2013 > 27 octobre 2013
AUCH – Circa Festival du cirque actuel

29 novembre 2013 > 30 novembre 2013
CLERMONT-FERRAND – La Comédie, scène nationale

04 décembre 2013 > 07 décembre 2013
MULHOUSE – La Filature, scène nationale

12 décembre 2013 > 13 décembre 2013
LUXEMBOURG (Luxembourg) – Les Théâtres de la Ville du Luxembourg

16 janvier 2014 > 17 janvier 2014
PERPIGNAN – L’Archipel, scène nationale

22 janvier 2014 > 23 janvier 2014
QUIMPER – Théâtre de Cornouaille, scène nationale

4 février 2014
MONTPELLIER – Montpellier Danse – Opéra Berlioz – Le Corum

13 février 2014 > 14 février 2014
VALENCIENNES – Le Phénix, scène nationale

22 mars 2014
MONTBELIARD – MA, scène nationale

29 mars 2014 > 30 mars 2014
SAINT QUENTIN EN YVELINES – Théâtre, scène nationale

17 avril 2014
TOULON – Théâtre Liberté

15 mai 2014 > 16 mai 2014
LA ROCHELLE – La Coursive, scène nationale

22 mai 2014 > 29 juin 2014
PARIS – Théâtre du Rond-Point

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :