L’histoire du « Détachement féminin rouge »

Une photo du film du "Détachement"

Une photo du film du « Détachement »cineastes_Xie_Jin_Le_detachement_feminin_rouge

Le  Ballet national de Chine en tournée au Théâtre du Châtelet au mois d’octobre 2013  reprend le célèbre Détachement féminin rouge. Voici l’histoire de ce ballet mythique, symbole de la Chine de Mao Zedong.

Avant d’être le ballet le plus emblématique de Chine, le Détachement féminin rouge est un film de fiction du réalisateur Xie Jin, qui obtient un immense succès lors de sa sortie en 1961. Il s’inspire de l’Histoire (réelle) de la lutte entre nationalistes et communistes dans les années 1930, où le Détachement féminin rouge, un escadron de femmes, triomphe de façon héroïque sur l’ile de Hainan. Trois ans plus tard, il inspire une première version dansée à Shanghaï lors d’un festival de théâtre révolutionnaire auquel assiste Jiang Qing, la femme de Mao Zedong. Ancienne actrice, elle entend jouer un rôle dans la rénovation « révolutionnaire » des arts et lettres.

C’est l’époque où, à la suite de la rupture diplomatique entre la Chine et l’URSS, les maîtres de Ballet russes sont renvoyés du ballet. Dai Alian et Shi Shenfang prennent alors en main l’avenir du Ballet au cours de cette difficile période de transition. Dans ce contexte, la Révolution culturelle se prépare. Zhou Enlai appelle alors les artistes chinois à créer sur leurs propres forces et à partir de leur propre histoire. Il propose un ballet sur la Commune de Paris, souvenir lointain, sans doute, du ballet du chorégraphe russe Vassili Vainonen ayant pour thème la Révolution française, Flammes de Paris. Mais trois chorégraphes Li Chenxiang, Wang Xixian et Jiang Zuhui ont alors l’idée d’un ballet chinois : ce sera la création du fameux Détachement féminin rouge qui fait encore salle comble dans la Chine entière.

Pour la création, toute la troupe, chorégraphes, danseurs, compositeurs, costumiers ont vécu deux mois sur l’île de Hainan pour expérimenter la réalité quotidienne des gens ordinaires et ainsi vivifier leurs personnages.

en

Li Chenxiang et Wang Xixian en pleine répétition du « Détachment » lors de sa création.

La troupe pendant la création

La troupe pendant la création

Pendant la Grande Révolution culturelle, les danseurs doivent se rapprocher du peuple. Les conditions de tournées sont très dures. Il leur faut marcher pendant quarante-neuf jours de village en village, sac au dos, en plein hiver, par un froid terrible et danser sous des abris précaires ou en plein air.

La troupe en tournée

La troupe en tournée

En 1964, les instances de l’armée trouvant que les danseuses ne sont pas assez militaires, les envoient à Datong faire un stage à l’Armée. Les danseuses doivent alors apprendre à manier les armes, se lever à cinq heures du matin pour des marches forcées. On les enverra ensuite à l’usine pour qu’elles soient plus « réalistes » dans La fille aux cheveux blancs en 1965.

Le ballet devient le représentant officiel de la culture chinoise communiste (tout comme Le Lac des cygnes en URSS). Ainsi, en 1972, quand le Président Nixon vient pour sa première visite officielle en Chine , le premier ministre Zhou Enlai l’emmène voir une représentation du Détachement féminin rouge.detach6

En 2004, pour le quarantième anniversaire de la création de ce ballet, les danseuses de la cinquième génération iront elles-aussi passer trois jours dans un camp militaire pour parfaire leur gestuelle mais aussi en hommage aux danseuses de la création.

La troupe s'échauffe en plein air pendant les tournées à la campagne

La troupe s’échauffe en plein air pendant les tournées à la campagne

Dans son style, le ballet est un savant mélange entre le ballet classique et la « danse classique chinoise » qui est une sorte de synthèse entre l’Opéra de Pékin, une danse folklorique revisitée à la Moïsseiev et des pas académiques. On y trouve des grands sauts planants, des battements qui tiennent tout autant du kung fu que du classique, des sauts qui sont issus directements des spectacles d’Opéra d Pékin. … et bien sûr, le côté martial appris à l’École militaire !

En Amérique, il est encore considéré comme un ballet de propagande, sans aucun recul ni aucune analyse historique….

Agnès Izrine

Le Détachement féminin rouge au Châtelet du 1er au 3 octobre à 20h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :