Le Béjart Ballet Lausanne à Versailles

Boléro, Ce que la Mort me dit, Le Manteau trois chorégraphies majeures de Maurice Béjart seront données par le BBL Jeudi 10, vendredi 11 et samedi 12 octobre – 20h et dimanche 13 octobre – 17h  à l’Opéra Royal de Versailles.

"Ce que la mort me dit" de M. Béjart@J. Hauf

« Ce que la mort me dit » de M. Béjart@J. Hauf

Ce que la Mort me dit – Créé à Tokyo en 1978
Chorégraphie : Maurice Béjart – Musique : Gustav Mahler Rückert-Lieder – Des Knaben Wunderhorn
Dispositif scénique et costumes : Judit Gombár – Réalisation lumière : Dominique Roman
Pour faire une soirée Mahler il est préférable de faire un voyage à travers ses œuvres plutôt que de donner l’une des grandes symphonies de sa totalité. Tout le long de son œuvre, la même inspiration passe d’une symphonie à un recueil de lieder, d’une ligne de chant à un grand mouvement pour orchestre. La même thématique parcourt son oeuvre comme un fil d’Ariane, d’un labyrinthe sonore. Les thèmes essentiels en sont la Nostalgie, la solitude, la Mort mais toujours avec une immense tendresse et une victoire finale de l’élément lumineux.

Ci-dessous, la version d’origine avec Jorge Donn et Shonach Mirk

Le Manteau d’après une nouvelle de Nikolaï V. Gogol – Créé auThéâtre Postmoderne de Kiev, 21 septembre 1999
Chorégraphie Maurice Béjart – Musique Hugues Le Bars
Costumes Anna De Giorgi – Réalisation lumière : Dominique Roman
Tout le monde connaît l’histoire d’Akaki Akakievitch, le petit employé aux écritures qui, d’année en année, fait réparer un vieux manteau devenu irréparable. À force de travail et de privations, avec l’aide du tailleur Petrovitch, il obtient un nouveau manteau qui lui vaut un gros succès mondain.Ce manteau lui sera volé et il mourra de froid devant la morgue dans l’indifférence des «personnages considérables», gardiens du droit. Mais son fantôme viendra nuit après nuit dépouiller les passants de leur manteau !

"Le Manteau" de M. Béjart@ P. Pache

« Le Manteau » de M. Béjart@ P. Pache

Boléro : Chorégraphie : Maurice Béjart – Musique : Maurice Ravel – Décors & Costumes : Maurice Béjart – Créé au Théâtre Royal de la Monnaie, 10 janvier 1961 -Ballet du XXe siècle

Boléro de M. Béjart@iliachkolnik

Boléro de M. Béjart@iliachkolnik

«Mon Boléro», disait Ravel, «devrait porter en exergue : Enfoncez-vous bien cela dans la tête». Plus sérieusement, il expliqua : «En 1928, sur la demande de Mme Rubinstein [Ida Rubinstein, célèbre danseuse et actrice russe], j’ai composé un boléro pour orchestre. C’est une danse d’un mouvement très modéré et constamment uniforme, tant par la mélodie que par l’harmonie et le rythme, ce dernier marqué sans cesse par le tambour. Le seul élément de diversité y est apporté par le crescendo orchestral.»
Maurice Béjart précise en ces termes sa conception de l’œuvre de Ravel: «Musique trop connue et pourtant toujours nouvelle grâce à sa simplicité. Une mélodie – d’origine orientale et non espagnole – s’enroule inlassablement sur elle- même, va en augmentant de volume et d’intensité, dévorant l’espace sonore et engloutissant à la fin la mélodie »

Ci-dessous, la version avec Sylvie Guillem

INFORMATIONS PRATIQUES

http://www.chateauversailles-spectacles.fr

Tarif de 50 à 150 Euros

(de 40 à 115 euros pour les moins de 26 ans)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :