Andrea Sitter « Obstinés lambeaux d’images ».

Andrea Sitter, Max, Sarah et leurs « Obstinés lambeaux d’images » à découvrir lors d’une reprise exceptionnelle le 18 octobre au Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi.

andrea1

Andrea Sitter et Max @ Cie Donau

 

Je l’avais écrit, il y a quelque temps, dans la revue Danser : On verra de plus en plus souvent les animaux participer aux créations chorégraphiques. Pas à cause de leur talent, non. La raison est ailleurs. C’est que nous autres humains sommes un peu désemparés face à nous- mêmes, vu ce que nous sommes en train d’infliger à notre planète. À la recherche du monstre en nous, les artistes en viennent à se confronter à l’animalité, comme après la dernière guerre mondiale, quand la performance naissait dans le sang des volailles égorgés.

Mais aujourd’hui, ils cherchent l’amitié des bêtes, comme pour s’excuser. La grande différence avec les performers qui faisaient jaillir du sang est que le quatuor autour d’Andrea Sitter  ne cherche pas l’hyperréalisme, mais le surréalisme. Aussi, la ballerine partage son champagne avec Max, le cochon. Après quoi, dans un numéro qui est un grand classique et pourtant rarissime, l’élégante meneuse d’une revue improbable se fait déshabiller par Max, une vraie bête de scène. Elle a tout intérêt à se montrer polie, car la propriétaire de Max veille… Elle s’appelle Sarah Schwarz et marche sur le fil tendu au milieu de la scène. De temps à autre ses pas croisent le circuit de Sergio Nguyen, cycliste fantomatique qui hante la scène en guise d’intermède.

Andrea Sitter et Sarah Scwartz @Cie Donau

Andrea Sitter et Sarah Schwartz @Cie Donau

En 2013, ce n’est pas l’animal qu’on déchiquète, mais le spectacle :  Obstinés lambeaux d’images. Le titre reflète ce que Max pourrait en venir à penser. En effet, « le cochon est un animal très obstiné », reconnaît Sitter. Max est par ailleurs un OZNI, un objet zoologique non identifié, un cochon multiracial. Un bâtard.  Un bâtard de cochon dans un bâtard de spectacle, une sorte de cabaret qui enveloppe un texte de Pascal Quignard consacré aux relations entre des hommes et les cochons.

Un tel cirque, même l’inénarrable Andrea, parfois une sorte de clown métaphysique, parfois un lutin comme sorti d’un conte des frères Grimm, ne l’avait imaginé avant sa rencontre avec Sarah Schwarz, équilibriste issue de l’école de cirque Annie Fratellini. Ajoutons que Sitter, la ballerine munichoise, est elle-même un mélange des genres, car reconvertie en poétesse performeuse débridée, empreinte d’un humour aristocratique et presque britannique, tout aussi philosophe que Quignard ou, à sa manière ledit Max. Pour terminer, un conseil : ne partez sans avoir caressé ses soies auxquelles se mélangent des paillettes !

Thomas Hahn

Reprise exceptionnelle le vendredi 18 octobre à 20h00
Théâtre Paul Eluard à Choisy-le-Roi – 4, Avenue Villeneuve-Saint-Georges- 94600

http://theatrecinemachoisy.fr/

reservation.theatre@choisyleroi.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :