« Le sang des étoiles » par le Ballet du Rhin

« Le sang des étoiles » de Thierry Malandain, par le Ballet de l’Opéra national du Rhin

Tous les chemins mènent aux ours, y compris Strauss, Mahler et Minkus. C’est ce que l’on pourrait conclure en voyant « Le sang des étoiles » que Thierry Malandain vient d’offrir au répertoire  du Ballet du Rhin et que l’on a découvert à Mulhouse avant qu’il ne soit donné à Colmar et Strasbourg (voir dates ci-dessous) .

C’est une œuvre d’apparence ludique et grand public (elle dure 1h15) , mais qui se révèle en fait très complexe, dès lors que l’on en connaît ses origines. Pris de passion pour les ours (il n’habite pas le pays basque pour rien), Thierry Malandain, le directeur du Centre Chorégraphique National de Biarritz a décidé de leur rendre hommage à travers un ballet qui les ferait aussi bien apparaître que disparaître, puisque telle est la crainte que l’on peut avoir à leur égard.

Un ours, soit. Mais comment un danseur allait donc s’emparer d’un ursidé, animal à la danse pas forcément harmonieuse? En réalité, Malandain contourne le problème en ne les faisant vraiment apparaître qu’à la fin, pour mieux en utiliser les métaphores durant la plus grande partie du spectacle. Et comprendre les prémisses de sa réflexion, c’est découvrir aussi tout le processus de création d’un chorégraphe.

Les ours, donc. Malandain, qui aime à étudier les grands mythes universels est parti de la légende grecque de la Grande Ourse et la petite Ourse. Zeus, tombé amoureux de Callisto lui fait un enfant, Arcas. Héra, la femme de Zeus, furieuse de cette liaison, transforme sa rivale en ourse. Et lorsqu’un jour, la jeune ourse croise son fils Arcas dans la forêt et souhaite l’embrasser, ce dernier prend peur et tue cette mère inconnue avec son arc. Zeus, effondré, les transforme tous les deux en constellations, réunies à tout jamais sous la voûte céleste.

Eureka Fukuoka et Lateef Williams dans "Le Sang des étoiles" @J.L. Tanghe

Eureka Fukuoka et Lateef Williams dans « Le Sang des étoiles » @J.L. Tanghe

Dès lors, Malandain avait une première structure : des solos et duos  sans pour autant que des rôles soient définis, sur les très lyriques lieder de Mahler. Et parce que ces histoires d’amours et de filiation finissent dans un tourbillon cosmique, il y adjoint des valses de Strauss, autre compositeur autrichien, qui permettent à toute une compagnie de danser.

"Le Sang des étoiles" @J.L. Tanghe

« Le Sang des étoiles » @J.L. Tanghe

De ces valses, données à chaque fois en alternance avec les lieder de Mahler, Malandain n’en fait jamais une danse de couple, mais des ensembles endiablés où hommes et femmes sautent beaucoup, pieds flex à la seconde et mains écartés dans des positions à la Mats Ek. Lorsqu’ils ne dansent pas, ces ursidés stylisés ont des marches grotesques, têtes dodelinantes et mains sur le plexus, riant en silence.. Strauss, c’est aussi la valse folle d’un monde empoulé au bord de l’implosion, derniers moments d’insouciance avant la Guerre. Les costumes sont à l’avenant : grandes robes bleues à volants, par contraste avec les collants et tuniques chairs, véritables mises à nus des sentiments dans les duos sur Malher.

Et les ours, alors? Ils viennent à la fin, dans une étonnante descente d’ours blancs en diagonales et arabesques penchées sur la musique de Minkus, citation évidente  du Royaume des Ombres de La Bayadère de Marius Petipa. On sait que Malandain aime à citer les grands ballets classiques. La référence ici, est claire, et cette multiplication des ours polaires est là pour nous donner une note d’espoir quant à leur reproduction, et de douceur dans ce que véhicule l’image de l’ours. Reste que dans La Bayadère, ces Ombres sont celles du Royaume des Morts. On reste donc dans un contraste mitigé, entre espoir et désillusion.

"Le Sang des étoiles" @ J.L. Tanghe

« Le Sang des étoiles » @ J.L. Tanghe

Quant aux dix-sept danseurs, ils sont parfaitement à la hauteur du projet. La danse de Malandain n’est pas des plus difficiles, la qualité des artistes du Ballet du Rhin n’est plus à démontrer, et l’on a bien perçu, à la manière dont les danseurs l’ont remercié à l’issue du spectacle, combien la relation de travail aura été chaleureuse. Ils s’en sortent donc aisément, tout en ayant ce truc en plus : la compagnie n’étant pas uniforme dans son style (on y trouve des grands, des petits, des frêles, des costauds), cela donne une touche d’humanité en plus, grandement nécessaire pour ce type d’œuvre. Magnifiée, in fine, par des décors (Jorge Gallardo) et lumières (Jean-Claude Asquié) de toute beauté, et des versions musicales enregistrées de très belles qualités.

Ariane Dollfus

Lire aussi : https://dansercanalhistorique.com/2013/11/04/entretien-avec-ivan-cavallari/

Mulhouse (Théâtre de la Sinne) du 16 au 19 octobre 2013 à 20h,

Colmar (Théâtre) les 3 (à 15h) et 5 novembre (à 20h) 2013,

Strasbourg (Opéra) les 13,14,15 et 16 novembre à 20h. Le 17 novembre 2013 à 15h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :