3 questions à… Leila Haddad

Photo Leila Haddad - Sur les traces des Ghawazee

Photo Leila Haddad – Sur les traces des Ghawazee

 

Pourquoi chorégraphiez-vous ?
Je chorégraphie car je préfère exprimer ce que j’ai à dire par la danse et non par d’autres formes comme par exemple le texte. Je ne sais pas si c’est démagogique, mais je pense que la danse est un langage universel pouvant potentiellement être compris par tout le monde partout à travers le globe. En tout cas, c’est la forme d’expression artistique qui m’est la plus familière. La danse orientale telle que je la chorégraphie pour la transposer ensuite sur un plateau comporte nécessairement une dimension politique. À savoir que la dramaturgie et la mise en espace requises pour aboutir à quelque chose de crédible sur scène entraînent une actualisation esthétique de ce genre chorégraphique encore classé comme danse traditionnelle.

Quel est, selon vous, le plus grand chef-d’œuvre chorégraphique ?
Je suis quelqu’un qui aime s’éclater devant un maximum de choses, donc je ne me cantonne pas à un seul registre, que ce soit en danse, théâtre ou musique. Mais puisqu’il me faut choisir, je vais mentionner deux pièces en lieu et place d’une seule. La première est Revelations d’Alvin Ailey. Cette œuvre ainsi que ce chorégraphe très talentueux qui l’a portée dégagent selon moi une grande puissance émotionnelle. C’est plus savoureux encore quand on replace les choses dans leur contexte de l’époque, à savoir cette Amérique partiellement raciste dans laquelle il a dû se battre comme un lion.

 

 

Pour la seconde, il s’agit de Helikpoter chorégraphiée par Angelin Preljocaj sur une musique de Karlheinz Stockhausen. C’est une pièce splendide. Au-delà des éclairages que je trouve extraordinaires, cet artiste possède une écriture chorégraphique qui me parle. Je suis bluffée par cette évidence qui se dégage quand on voit la force avec laquelle il fait danser ses interprètes. Il y a aussi dans son travail un savant mélange de sensualité, de violence et de poésie.

 

 

Quel est le chef-d’œuvre chorégraphique qui vous endort ?
Il y a des choses qui me touchent peut-être un peu moins, comme l’esthétique classique avec laquelle je ne me sens pas familiarisée. Mais quel que soit le genre, je ne me suis jamais endormie devant aucun spectacle ! Cela est peut-être dû au fait que je n’ai pas beaucoup de temps de manière générale, ce qui me conduit à sélectionner de manière plus ou moins drastique les pièces que je vais voir. Une fois assise dans les rangs du public d’un spectacle de danse, mes sens sont en éveil. Du coup, j’essaye de profiter de tout ce qui se passe sur scène, même si je n’aime pas comme cela peut arriver parfois.

Propos recueillis par Valentin Lagares

Leila Haddad est danseuse et chorégraphe en danse orientale.

Site web : http://www.leilahaddad.com

Compte Twitter : https://twitter.com/HaddadLeila

Publicités

Comments

  1. Doucet Pénina says:

    Une artiste magnifique ! Je l’ai vu danser à plusieurs reprises elle est authentique et sincère et ça se voit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :