Bintou Dembélé et la danse des sauvages

À découvrir le 22 mars prochain à L’Espace Jean-Lurçat de Juvisy-sur-Orge, Z.H. de Bintou Dembélé est un spectacle fort, qui interroge le racisme ordinaire.

Bintou Dembélé ® Enrico-Bartolucci

Bintou Dembélé ® Enrico-Bartolucci

Bintou Dembélé, pionnière du hip hop, fait ses premiers pas de danse en 1985, en autodidacte, dans le quartier Rosières à Brétigny s/Orge (91). Doublement pionnière, car le hip hop féminin va mettre du temps à émerger, et encore plus à s’imposer, même si, dès le départ du mouvement, les femmes sont déjà très présentes (pensons à Christine Coudun, des Black Blanc Beur, par exemple.). N’empêche. Elle commence sa carrière en participant à la tournée du rappeur MC Solaar. En 1996 elle devient danseuse professionnelle, en travaillant pour le Théâtre Contemporain de la Danse (TCD), à Paris. On la retrouve dans des groupes tels que Aktuel Force, Ykanji, et en tant qu’interprète auprès de Käfig et la compagnie Norma Claire Elle doit lutter pour exister dans ce monde très masculin et forcer l’admiration. Du coup, elle sait vite et mieux que quiconque ce que signifie le terme « minorité ».

Depuis 2002 qu’elle a fondé sa compagnie Rualité (en 2002) et commencé son travail de chorégraphe, Bintou Dembélé crée des pièces singulières où elle parle de ses états intérieurs ou porte un regard aigu sur la société et le quotidien.

Avec Z.H. la chorégraphe revient sur le pire de l’histoire coloniale, à l’époque où l’on montrait avec une parfaite bonne conscience, lors des Expositions Universelles, des « échantillons » de bons sauvages dans des Zoos Humains. D’où Z.H.

Le thème choisi sert à questionner le présent : que reste-il de cette époque coloniale ? Où en est le racisme dans notre société ? Sont des questions émanant de ce sujet historique. Le spectacle bouscule les représentations et nous interroge sur le regard que nous portons sur l’autre. Il est donc question de racisme bien sûr, mais aussi de différence, dont la perception se relativise avec le temps et l’espace.

Grâce à des danseurs qui mêlent les influences issues de la danse tribale, contemporaine ou hip-hop, à une bande-son qui revient sur des chansons édifiantes d’époque, et à des accessoires bien choisis, la chorégraphe réussit le tour de force de traiter le propos avec justesse et touche toutes les générations.

Z.H.®Enrico-Bartolucci

Z.H.®Enrico-Bartolucci

« Nous sommes tous le sauvage de quelqu’un. Une fois que l’on en a pris conscience, la déconstruction de cette invention peut commencer. » Bintou Dembélé.

Agnès Izrine

Le samedi 22 mars – 20h30 – à l’ Espace Jean-Lurçat – Juvisy-sur-Orge

Informations et réservation :

Espace Jean-Lurçat – Place du Maréchal Leclerc – 91260 JUVISY-SUR-ORGE
01 69 57 87 87 / culture@portesessonne.fr

http://portesessonne.fr/Sortir-et-decouvrir/Kaleidoscope-Espace-Jean-Lurcat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :