« bal.exe » : Et Anne Nguyen créa le Looping Pop

Avec « bal.exe », Anne Nguyen ne crée pas moins qu’une révolution culturelle dans l’univers du Hip Hop : La danse de couples. Baptême de feu pour le Looping Pop, où le Popping se pratique face à face, deux par deux !

 

bal.exe @ Philppe Gramard

bal.exe @ Philppe Gramard

Très articulé et mécanique, le Popping, style du Hip Hop qui se danse debout, confère aux danseurs un air de robot ou de pantin. « Popping » parce que les mouvements saccadés rappelaient aux inventeurs de ce style les explosions du pop corn, comme l’explique une autre personnalité incontournable, Céline Lefèvre dans son remarquable « Ma leçon de Hip Hop. »

 

bal.exe @ Claude Boisnard

bal.exe @ Claude Boisnard

La compagnie d’Anne Nguyen s’appelle « par terre », en référence à la break dance. Mais ici, comme déjà dans « Promenade obligatoire », sa pièce précédente, tout se fait débout. bal.exe débute par un style, rare et subjuguant, aérien et virtuose, le Waacking! Deux solos aux mouvements de bras très articulés et incroyablement rapides, au point de défier tout entendement. Le Waacking rappelle le Voguing. « C’est une danse très expressive, comme faite pour des divas », explique la chorégraphe. Mais contrairement au Looping Pop, ce n’est pas « fait maison », l’importation américaine prouve simplement qu’Nguyen est une infatigable chercheuse.

Bal Hip Hop, bal robotique, bal paradox.  bal.exe  est une composition rigoureuse, aussi systématique que les mouvements des danseurs robotisés. Les premiers solos sont accompagnés d’un musicien soliste, également debout. Ensuite, une série de duos, et puis le bal. La situation du « défi » avec son cercle et les solos qui se suivent, se trouve inversée. Anne Nguyen met les habitudes en crise. Elle transforme les repères spatiaux et en finit avec le show et la frontalité. Les chaises sont disposées autour des musiciens. Le bal peut commencer. Le public pourrait être le jury d’un concours.

Et l’orchestre joue de la musique de chambre, ni arrangée ni électrifiée ! Brahms, Bach et Bieber. Mieux, c’est même l’Orchestre régional de Basse-Normandie (bal.exe  a été créé en résidence finale au CCN de Caen) qui est à l’origine du projet. Décidément, le Hip Hop est aujourd’hui la danse de tous les possibles.

 

bal.exe@Frederic Goualard

bal.exe@Frederic Goualard

 

Certes, à ce stade premier de l’expérimentation du Looping Pop, il faut encore rassurer les interprètes en leur offrant la protection d’une identité robotique. Mais à la fin de bal.exe, on assiste déjà à un début de réhumanisation. La simplicité du scénario et de la dramaturgie n’est qu’apparente. Tout se joue entre les états de corps et de conscience, dans la rencontre entre la danse et une musique romantique, voire mélancolique. Le suspense et la fascination opèrent pleinement à partir de ces entre-deux. Ne manquait à la création qu’une petite touche de remise de crise de ce système, l’introduction d’un virus en quelque sorte.

Nguyen aime bien en parler en termes de « référentiels ». En effet, il fallait bien une chorégraphe-mathématicienne pour créer une circulation fluide entre Brahms et le Popping, tant le choc culturel a été important : « Il est vrai que le compte des mesures musicales et des pas a été difficile. » Mais le titre résume bien l’intention de créer une danse comme gérée par des algorithmes.

Au résultat, tout fait naturel. « bal.exe » traverse les époques, du baroque de Brahms au ballet romantique avec ses personnages-automates tels Coppélia, Petrouchka et autres  Casse-Noisette pour arriver tout droit dans l’avenir du Hip Hop. Car Nguyen va tenter d’introduire son nouveau style au-delà de bal.exe, grâce à des stages et tout simplement par l’effet de contamination et d’appropriation par les danseurs qui voient le spectacle, car « le Hip Hop est une danse où on cherche toujours à inventer pour se distinguer des autres, où on veut toujours être unique. Je pense que ce nouveau référentiel de danser face à l’autre va plaire aux danseurs de Hip Hop. Ils ne tarderont pas à pousser plus loin le Looping Pop. »

Thomas Hahn

20 et 21 mars 2014 – CCN de Caen et de Basse Normandie, dans le cadre du festival Spring

Distribution

Chorégraphie : Anne Nguyen
Danseurs : Sonia Bel Hadj Brahim, Pascal Luce, Claire Moineau, Blondy Mota-Kisoka, Sacha Négrevergne, Jessica Noita, Matthieu Pacquit, Rebecca Rheny
Musiciens :
Orchestre Régional de Basse-Normandie : Gilles Leyronnas – clarinette, Corinne Basseux – violon, Jean-Yves Ehkirch – violon, Adrien Tournier – alto, Vincent Vaccaro – violoncelle
Autre formation musicale : distribution en cours
Création lumière : Ydir Acef
Programme musical :
Guillaume CONNESSON (né en 1970) – Disco-Toccata / clarinette et violoncelle/ 2’30 min env.
Jean-Sébastien BACH (1685-1750) – « Allegro » de la Sonate n°2 pour violon seul BWV 1003 / alto/ 4 min env.
Heinrich Ignaz Franz von BIBER (1644-1704) – Sonate du Rosaire n°16 « L’ange gardien » – Passaglia pour violon en sol mineur / violon / 9 min env.
Johannes BRAHMS (1833-1897) – Quintette pour clarinette et cordes en si mineur op. 115 / clarinette, 2 violons, alto, violoncelle / 36 min env.

 

En tournée

les vendredi 28 (10:00 et 14:30) et samedi 29 mars (19:00) au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France (93) ;
les mardi 1er (20:30) et mercredi 2 avril (19:00) au Théâtre 71 de Malakoff (92) ;
le 3 avril (20:00) Falaise (14)
et les samedi 5 (19:00) et dimanche 6 avril (16:00) au Festival Hautes Tensions de la Villette. 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :