Les Chemins de traverse à Noisy-le-Grand

Journée très danse au festival Les Chemins de traverse, en salle et dans la rue ce vendredi 22 mai : N°8 avec Monstre d’humanité et Chris Haring avec The Perfect Garden – Deep Dish.

Monstre(s) d’humanité ne cache ni ces intentions ni sa cible. Les personnages sont les représentants des industries qui règnent sur la planète se réunissent. La finance, l’armement, la chimie, le pétrole… On porte des costumes gris ou bleutés, l’uniforme du grand business. On rit et on se charme autour de quelques bouteilles de champagne.

 

Galerie photo de Thomas Hahn

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Quelques friandises en mousse plus tard,les masques tombent. La sauvagerie si savamment dissimulée saute à la figure des uns et des autres sous forme de jets de peinture. Chacun s’éclate en imbibant les costumes, les visages et les cheveux de ses pairs. Du jeu enfantin naissent des monstres féroces. Tout ce panthéon se rue maintenant sur le public, comme pour déchirer les spectateurs, les uns après les autres.

À même le bitume, féroces, ils se frottent aux pavés. Mais ils ne pensent qu’à ça : l’argent ! Et quand l’un d’entre eux perd son I-Phone, c’est le drame! Ils courent, ils s’arrêtent, ils se battent. Et finissent ensanglantés, mais trouvent toujours quelque part des billets de 500 € pour s’en mettre plein les poches. Le message est un peu simpliste. Sur quoi nous a-t-on ouvert les yeux que nous ne savions déjà? Reste que leur engagement est total et impressionne jusqu’au bout.

 

À l’opposé, la création de Chris Haring, en salle, à l’Espace Michel Simon. Onirique, énigmatique, végétale, douce, voire romantique. Et pourtant, la thématique et le point de départ ne sont pas très différents. Un dîner se transforme petit à petit. Les perceptions se multiplient et se dilatent, pour nous parler d la décadence d’une humanité appelée à disparaître. Le motif du jardin devient le symbole de notre volonté à tout contrôler la nature. Mais quels mondes visuels que cela génère ici, grâce aux sculptures végétales et aux vidéos du plasticien végétal Michel Blazy !

 

 

Le lendemain, on a tout intérêt à se faire changer son point de vue sur la vieillesse par les joyeux mamies et papys révolutionnaires de la compagnie Adhok dans Echappées belles :

 

 

 

Thomas Hahn

 

 

Le programme du festival Les Chemins de traverse :

http://www.espace-michel-simon.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :