Kat Válatsur « Oh ! Deep Sea – Corpus III »

« Votre corps est transporté par une force inconnue dans une autre dimension. Dans cet espace inconnu, le temps n’est pas un flux cohérent mais une totalité fragmentée. La possibilité pour cette présence de se déplacer librement à travers le temps, négligeant ses propriétés propres, crée une nouvelle forme de statut cinétique » explique Kat Válatsur, à propos de Oh ! Deep Sea – Corpus III (your whole life passes before your eyes).

Photos : Dieter Harwig

 

Et de fait, les quatre interprètes sur le plateau semblent mus par un champ de forces qui les dépasse et surtout leur dicte des mouvements arrêtés, comme passés au stroboscope ou décomposant les 24 images à la seconde en autant de plans séparés. L’effet est saisissant, surtout sur les visages qui figent quelques micro secondes leur expression amplifiée de ce fait. Sur les corps, c’est à une vraie performance que se livrent les danseurs, tenant pendant 70 minutes ce découpage diabolique et millimétré du mouvement.

 

 

L’ensemble crée une sorte de paysage physique où corps et figures sont réifiés, comme si « votre vie entière passait devant vos yeux » fragmentant une réalité déjà lointaine et pourtant instantanée. C’est en travaillant à une adaptation de l’Odysée d’Homère, que la chorégraphe grecque (mais vivant en Allemagne) que l’idée de trouver une équivalence sensorielle au récit mythique est devenue source d’inspiration. Cet épisode ayant pour référence Ulysse au Royaume des morts, là où le temps et le temps n’ont plus de sens.

 

 

 

Bien sûr, l’histoire d’Ulysse reste assez obscure au spectateur, mais au fond, cela a peu d’importance car la création de cet univers à la fois abstrait, comme pour mieux marquer le temps du récit, et le traitement fragmenté du mouvement suffisent à faire sens. Et si le Royaume des morts n’apparaît pas d’emblée, cet espace où la lumière semble raréfier la nature, ou décoller chaque chose de sa surface, avec une équivoque continuelle entre le permanent et le contingent suffit à irradier la pièce. Est-ce le titre Oh Deep sea ! qui insinue l’étendue illimitée et atmosphérique dans cet espace nu ou la vibrante intensité des interprètes (et particulièrement Kat Válatsur) qui n’est plus que présence sensible ? Peu importe, il nous reste l’illusion d’un voyage fascinant

 

Agnès Izrine

24 et 25 mai 2014 – Maison du théâtre et de la danse Épinay-sur-Seine – Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis.

 

 Distribution

Conception, chorégraphie Kat Válastur
Dramaturgie Nikos Flessas
Interprétation Ana Laura Lozza, Enrico Ticconi, Ixchel Mendoza Hernandez, Kat Válastur
Assistante à la chorégraphie Juliana Piquero
Collaboration artistique Maria Tzika
Musique originale, création son Lambros Pigounis
Création lumière Martin Beeretz
Scénographie

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :