«生长genesis» de Sidi Larbi Cherkaoui et Yabin Wang

生长genesis de Sidi Larbi Cherkaoui et Yabin Wang n’est sans doute pas le meilleur cru de Sidi Larbi Cherkaoui, et ce, malgré l’enthousiasme du public du Corum, dans le cadre du festival Montpellier Danse et la mise en scène somptueuse qui ornent cette nouvelle pièce, commande de Yabin Wang pour sa compagnie Yabin Dance Studio.

La création de长genesis (les idéogrammes du début signifiant « naissance » et « croissance ») a paraît-il pris quatre ans. Elle raconte comment l’homme d’aujourd’hui, pris dans le souci du « risque zéro » se soumet au pouvoir du médical de sa naissance à sa mort : « Nous naissons et nous mourons à l’hôpital » fait remarquer le chorégraphe qui, dans une ellipse un peu audacieuse, transporte toute la pièce dans des cages de plexiglass comme autant d’éprouvettes où est examinée notre vie, notre santé, nos gestes et peut-être même nos désirs.

 

Galerie photo Koen Broos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Cet univers froid et aseptisé incorpore une partie de l’histoire personnelle de Sidi Larbi Cherkaoui qui passa une partie de son enfance dans les hôpitaux. « Je crois fermement au rapport étroit entre le corps et l’esprit ; à l’époque, j’avais des difficultés à assimiler la réalité –mentalement–et à digérer la nourriture–physiquement. Ma jeunesse a été marquée par les troubles digestifs. L’hôpital est donc pour moi un lieu lié à l’enfance. Je me vois toujours à quatre ans, attaché à mon lit pour éviter que je touche mes plaies. Toutes ces images subliminales reviennent donc d’une certaine façon dans 生长genesis, car en scène les danseurs représentent tantôt des médecins, tantôt des patients,soucieux de guérir l’autre ou de le rendre justement malade. La manipulation est une constante dans mon langage chorégraphique ; il met sans cesse à l’essai, évalue, pousse, tire… »

 

Galerie photo @ AAP

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mais la chorégraphie utilise aussi ce thème de l’examen à d’autres fins, pour parler de compétition ou de « croissance » mais au sens plutôt économique du terme et, d’une certaine fason, ouvrir à une réflexion sur notre vie actuelle, atomisée, surveillée, soumise à une expansion constante et à un développement obligé.
« 生长genesis nous pose d’autres questions. D’où venons-nous ? Où nous mène notre croissance ? Comment faut-il réagir à toutes les manipulations dans notre vie ? Comment faut-il réagir aux attentes, aux projections des autres, mais aussi aux nôtres ? » explique Sidi Larbi Cherkaoui.

 

 

Dans cette chorégraphie, l’influence de Yabin Wang, star en Chine pour la scène mémorable du film Le secret des poignards volants de Zhang Yimou (dans la superbe séquence chorégraphiée avec des tambours,où elle dansait vêtue d’un costume à très longues manches) est sensible. On retrouve dans la pièce les influences de la danse classique chinois et les pratiques traditionnelles de l’Opéra de Pékin et ses poses élégantes et acrobatiques. Cela donne à l’ensemble de belles qualités de danse fluide et spiralée, enroulée, allongée ou habitée. Mais ce n’est pas tout. Il s’ajoute des chansons japonaises, congolaises et tibétaines, les sonorités électroniques et les compositions interprétées au piano sur scène d’Olga Wojciechowska, tablas indiens, guitare espagnole, le jazz… Un peu trop pour que ça ne tourne pas à la soupe « world » malgré la qualité des danseurs et de leur gestuelle prise ici et là. Au bout d’un moment, le propos semble un peu perdu dans cette accumulation de scènes au goût étrange venues d’ailleurs. Et même le très beau moment où les bras de Yabin Wang s’étirent le long du costume traditionnel vire à l’effet de manche.

C’est un peu dommage, car on ne peut dénier ni à Sidi Larbi Cherkaoui de vraies qualités de mise en scène et souvent un talent pour faire de ces spectacles un « Babel World ».

Agnès Izrine

27 juin 2014 – Le Corum – Montpellier Danse – Avec le soutien de la Fondation BNP Paribas

 

Distribution

Chorégraphie Sidi Larbi Cherkaoui
Assistant chorégraphie SatoshiKudo
Danseurs Yabin Wang,Qing Wang, Fang Yin,Chao Li,Elias Lazaridis,Johnny Lloyd, Kazutomi«Tsuki»Kozuki
Composition musicale : OlgaWojciechowska Composition musicale additionnelle Sidi Larbi Cherkaoui, Barbara « Basia» Drazkowska, Manjunath« Manju» B Chandramouli, Kaspy N’dia, JohnnyLloyd Musique en direct Barbara « Basia» Drazkowska,  Manjunath« Manju» B Chandramouli, KaspyN’dia, JohnnyLloyd, Kazutomi«Tsuki»Kozuki
Scénographie Liu Kedong
Lumière Willy Cessa
Costumes Li Quing
Directeur des répétitions Elias Lazaridis

 

En tournée :

3-4 juillet 2014 Julidans Festival, Amsterdam (Pays-Bas)

1-5 décembre 2014 Parc de la Villette Paris

9 décembre 2014 Concertgebouw Bruges (Belgique)

13-14 décembre 2014 Monaco Dance Forum

8-9mai 2015 Festspielhaus Sankt Pölten (Autriche)

4-5 juin 2015 Les Théâtres de la Ville Luxembourg, (Luxembourg)

26-29 septembre 2015 Sadler’s Wells Londres

 

 

 

 

Publicités

Comments

  1. Merci de cette critique riche d’informations et objective. Maintenant j’aimerais comprendre pourquoi les spectateurs ont applaudi des deux mains alors que les critiques, pas seulement vous, donnent à ce spectacle un accueil réservé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :