« Les Parapluies de Cherbourg » au Théâtre du Châtelet

Natalie Dessay chante et joue Mme Emery dans la nouvelle version scénique des Parapluies de Cherbourg. Danse-t-elle? Probablement.
Sentant très tôt une vocation pour la scène, elle voulait devenir danseuse mais c’est une formation de comédienne qu’elle suivit avant de se consacrer au chant. Le résultat est sa présence scénique extraordinaire qui fait qu’elle ne manque d’aucun atout pour une nouvelle carrière, après son retrait en tant que soprano leggero, annoncé l’an dernier. Mais sur la scène du Châtelet on peut apercevoir une autre couleur de son talent.
Les chansons et récitatifs du film de Jacques Demy  lui permettent de traverser cette version scénique comme sur un nuage. Dessay pose sa voix une clarté qui n’a d’égale que celle de ces gestes, jusque dans les moindres  détails d’une main, voire d’un doigt.

Galerie Photo Marie-Noëlle Robert –  Avec : Marie Oppert (Geneviève), Vincent Niclo (Guy), Jasmine Roy (Tante Elise), Louise Leterme (Madeleine)

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Danse-t-elle? Évidemment. La raison n’est pas que Vinvent Vittoz introduit dans sa mise en espace (le plateau étant nu, l’orchestre en occupant la moitié) quelques brèves chorégraphies, de groupe ou au dancing (« Moi, ce soir, je vais danser« ), avec ou sans parapluies. Elle danse parce que danser ne signifie pas s’agiter dans un espace donné, mais affronter le rapport au temps à travers son corps, par ailleurs plus jeune de deux ans que le film lui-même.
Chaque geste de Dessay creuse la relation au passé et à l’avenir, incarné par Geneviève, sa fille. Cette conscience du placement, qui part de la voix et traverse tout le corps, est la même que chez les danseurs. Elle confère à l’ancienne chanteuse lyrique une sorte d’apesanteur et une jeunesse qui la distinguent parmi une distribution de belle qualité, mais souvent un peu sage.

Galerie Photo : Marie-Noëlle Robert – Avec outre ceux déjà cités,  Natalie Dessay (Madame Emery), Laurent Naouri (Cassard) et… Michel Legrand.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Que reste-t-il du courage de Demy en 1962 à faire de la guerre d’Algérie (sans même songer à utiliser ce terme) la raison d’être de l’histoire qui se raconte ? C’était briser un tabou et de camoufler cet acte de désobéissance par des partis pris esthétiques tout aussi audacieux.
La version créée au Châtelet se débarrasse des robes et papiers peints fleuris. Les évocations dessinées par Sempé en noir et blanc permettent de libérer ce mélodrame de son ancrage dans les sixties. Les dessins indiquant les lieux coulissent d’un côté pendant que les suivants entrent en scène, ce qui permet de réaliser une version scénique dont la durée ne dépasse celle du film que de quelque minutes.
Le vrai héros de la soirée est cependant Michel Legrand. Le compositeur dirige lui-même l’Orchestre national d’Île de France, ayant lui-même étoffé les arrangements pour la dimension symphonique, là où le cinéma a pu faire interpréter chaque genre musical, du jazz au latino, par une formation correspondante. La version pour orchestre démontre que Legrand n’a rien à envier à un Gershwin ou un Eifman.
Thomas Hahn

Du 11 au 14 septembre 2014 – Théâtre du Châtelet, Paris – http://chatelet-theatre.com/

  • France 3 diffusera ensuite le spectacle à la période de Noël.
  • Enfin, vous pourrez entendre cette nouvelle partition dirigée par Michel Legrand sur France Musique le 8 octobre à 20h.

Livret : Jacques Demy
Musique : Michel Legrand
Direction musicale : Michel Legrand
Mise en espace : Vincent Vittoz
Décors : Jean-Jacques Sempé
Décors : Vincent Vittoz
Costumes : Vanessa Seward
Lumières : Renaud Corler

Geneviève : Marie Oppert
Guy : Vincent Niclo
Madame Emery : Natalie Dessay
Roland Cassard : Laurent Naouri
Madeleine : Louise Leterme
Tante Elise : Jasmine Roy
Monsieur Dubourg, Aubin, un ouvrier déménageur, haut-parleur : Franck Vincent
Bernard, Pierre, garçon de dancing, le facteur, ouvrier, apprenti : Franck Lopez
Jean, client du garage, client du magasin de parapluies, un passant, patron du café : Arnaud Léonard
Jenny : Elsa Dreisig
Orchestre : Orchestre National d’Île-de-France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :