« (Nou) » de Mathieu Hocquemiller

 Un spectacle interdit aux moins de 18 ans (donc l’article aussi) !

« (Nou) » de Mathieu Hocquemiller : autres visions par l’entre-jambes.

NOULorsqu’on observe devant soi une personne nue, debout et de dos, et lorsque cette personne entreprend de se pencher en avant, on sait ce qu’on s’attend à apercevoir, par son entre-jambes. Mais dans (Nou), de Mathieu Hocquemiller, à cet instant, depuis l’entre-jambes, c’est un flash lumineux qu’on reçoit en pleine figure. Une source lumineuse aura été logée à cet endroit. C’est tout (Nou).

Cela se produit presque au début de la pièce. Message reçu : non sans quelque chose d’un catalogue vivant, (Nou) constitue une sorte de précis sur l’art et la manière d’envisager le sexe, de le considérer. Le regarder (au sens le plus entier). Il bouscule joyeusement les conditionnements hétéro-normatifs en cette matière. (Nou) se situe ainsi fort loin des modulations savantes d’un langage de danse – cet art qui élabore ses propos en tenant souvent dans la distance de l’euphémisation les dimensions libidinales qui l’habitent.

Il y a sans doute de cela dans la réception très fraîche de cette proposition du chorégraphe Mathieu Hocquemiller, lors de sa création cet été au Festival Montpellier danse. (Nou) travaille au corps directement politique, si bien qu’en cette rentrée parisienne, cette pièce a réjoui au contraire le public du festival alternatif Jerk Off, qui « amène une réflexion autour de l’identité, du genre, du corps et des imaginaires sexuels » ; un public raffolant des questions de genre, plutôt que rompu aux codes de la représentation scénique. Cela d’autant que la représentation se déroulait au Générateur de Gentilly, magnifique salle par trop méconnue, qui d’emblée respire ses références à la performance et aux arts plastiques.

Pour autant, (Nou) travaille bel et bien un rapport scénique frontal, pour y dérouler des images, composées en tableaux. La captation-transcription directe sur écran se fait à grande économie de pixels, au point de diluer les formes ; cela en dit assez sur l’intention de dissoudre l’évidence non questionnée des représentations établies. Semblable enjeu réside tout autant dans l’ordre construit du regard spectateur. Les plans finaux à l’écran filmeront le public même, pareillement en voie de silhouettes dissoutes.

On ne saurait décrire ici la suite à profusion des inventions sexuelles auxquelles s’adonnent les cinq interprètes de (Nou), le plus souvent intégralement nus. Ils le font avec la franche fraîcheur, un brin maladroite pourquoi pas, d’artistes qui ne sont pas des savants permanents de la scène, mais tout autant des travailleurs du sexe, chercheurs en université, activistes post-féministes et performers en soirées ou cabarets alternatifs. Il faudra surtout retenir un assaut répété, par lequel déjouer toute fixité des assignations et représentations qui régissent l’ordre établi de la sexualité – fût-ce dans ses retournements ou débordements illusoirement transgressifs.Nou2

Dans (Nou), porté par de belles pulsations électroniques, on court derrière un sexe échappé, qui n’est jamais à l’endroit, jamais dans la configuration où la norme l’attend. Retenons le bloc central enchaînant trois tableaux. Dans l’un de ces tableaux, une frise se compose, où cette petite humanité enchaîne sans interruption une suite de postures assises, à plein séant, sur le visage d’un(e) autre.

L’affaire se complique du fait que les uns et les autres sont de sexes fort divers, ni deux, ni trois, mais d’une furieuse combinaison post-genres. Cette sorte de sarabande caracole, d’un souffle émancipateur, qui ferait désespérer quiconque d’avoir reçu un jour une éducation aux accents de brimade, de contention, souvent gravité, parfois dramatisation, si ce n’est pathogène.

Autre de ces tableaux : un long duo d’intromission de doigts dans l’anus de l’autre. Connaît-on modèle plus binaire de la partition masculin-féminin, actif-passif, pénétration-réception, désespérément ordonnée en deux dimension ? Or la chorégraphie de (Nou) – et là c’en est joliment une – engage les deux partenaires dans une folie joyeuse de roulades, courses, bousculades, marches avant et arrière, feintes, ruses et galipettes (osons le mot) qui démultiplie cela en trois, en quatre, en une multitude effervescente de dimensions indisciplinées.

(nou) @ Alexis Lautier

(nou) @ Alexis Lautier

 

Un troisième de ces tableaux recourt à une batterie de prothèses sexuelles d’apparence simplement réaliste, dont chacun des performers dispose de l’emplacement, comme de l’usage, à sa guise. Pourquoi pas un vagin dans les reins, un pénis sur la hanche, des lèvres sous la plante des pieds, etc. A ce jeu de déterritorialisation dans les géographies organiques, les attributs sexuels prétendus naturels sont tout autant embarqués dans la déconstruction culturelle. La théoricienne radicale Beatriz Preciado, n’avait-elle pas montré, dans son Manifeste contra-sexuel, qu’il y a quelque chose à gagner, à bien vouloir envisager l’hypothèse qu’un pénis puisse n’être qu’un substitut de gode, tout autant que l’inverse.

Euphorisante, souvent plus aux neurones que sous la ceinture, (Nou) intrigue alors à conclure sur des scènes d’échanges urinaires et salivaires, qui, sous l’apparence de l’audace, renvoient à un régime homologué de transgressions repérées de longue date ; en quelque sorte bourgeoises. De même les godes avantageusement lumineux du début, ne déplacent guère plus que les rayons de sex-shop qui en font marchandise.

 

Gérard Mayen

 

13 septembre 2014 – Festival Jerk Off, le Générateur, Gentilly, http://www.festivaljerkoff.com/

(Nou) est programmé le 6 octobre 2014 à Klap, Maison de la danse à Marseille, dans le cadre de Questions de danse. www.kelemenis.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :