« Bosque ardora » de Rocio Molina

Biennale de Lyon : Rocío Molina crée « Bosque Ardora »

Se perdre peut être une nécessité, pour mieux trouver le chemin vers soi-même. S’égarer dans la forêt peut apporter une liberté intérieure. Résumons: Rocío Molina, part à la chasse. À dos de cheval elle galope, accompagnée de ses chiens. En traversant une rivière, elle chute et se retrouve dans l’eau. Là, elle entre dans un rêve, à moins qu’elle n’y fut déjà.

"Bosque Ardora" @ Tamara Pinto

« Bosque Ardora » @ Tamara Pinto

 

Molina devient l’animal qu’elle voulait abattre: La renarde ! Entrent musiciens, danseurs et chanteurs. Le flamenco émerge. Et pour une fois, une femme se permet d’exposer ses fantasmes sur les hommes.

 

En tant que fille d’une danseuse classique, Rocío Molina est sans doute plus libre que la plupart des novateurs du flamenco, généralement issus de la pure tradition sévillane. Elle peut donc explorer d’autres pistes et sauter d’un extrême à l’autre, de l’épure totale comme dans Danzaora y Vinatica au paysage dense et impénétrable de Bosque Ardora. Et une partie de chasse forestière, dans le pur esprit british du foxhunting est aussi curieuse comme cadre pour le flamenco que l’intimisme d’une clairière nocturne, entourée d’arbres dont deux sont suspendus par les racines.

 

 

Quelle drôle de Faune! Molina aime à nous rappeler quelques poses de Nijinski, debout ou assis(e) dans l’herbe. Eduardo Guerrero et Fernando Jimenez, ses deux acolytes masculins, piaffent comme dans la haute école viennoise. On ne s’étonnerait guère de voir Bartabas entrer sur son cheval le plus noir…

"Bosque ardora" de Rocio Molina @ Tamara Pinto

« Bosque ardora » de Rocio Molina @ Tamara Pinto

Quand les deux trombones, repère visuel autant que sonore, dialoguent avec le zapateado de Molina, on retrouve l’épure et le chemin vers l’essence qui caractérisent son travail, habituellement… Ici, la fiesta nocturne en pleine forêt n’a d’autre but que de remplir l’espace des rêves visuels, musicaux et humains.

Remplir, remplir encore, dans une forêt de signes. On pourrait penser que puisque nous sommes dans un rêve, la narration n’a pas d’importance. Mais un rêve est dynamique et évolutif. Il s’y déroule toujours une histoire. Dans Bosque Ardora, les rencontres se suivent sans être reliées les unes aux autres. Le récit ne se constitue pas. Pas de problème a priori, sauf qu’après un tel début, digne d’un conte de fées, le cœur du spectacle perd pied.

Quelques-unes des expériences musicales et chorégraphiques résonneraient bien plus fort et plus librement sans le cadre figuratif. D’autres paraissent tout simplement superflues. Le flamenco a-t-il besoin de métaphores animales? N’en est-il pas une à lui tout seul? Galvan dansant dans un cercueil distille le flamenco jusqu’au bout. Molina, dans son célèbre dialogue chorégraphique avec un verre de vin fait de même. Mais en pleine forêt, sur un tapis de lichen imaginaire, elle se perd dans ses envies parodiques. Le flamenco est un art solaire. Une forêt nocturne n’est pas sans danger pour lui, elle peut lui faire de l’ombre.

Thomas Hahn

"Bosque ardora" de Rocio Molina @ Tamara Pinto

« Bosque ardora » de Rocio Molina @ Tamara Pinto

Direction musicale : Rosario « La Tremendita »

Poèmes : Maite Dono

Danseurs : Rocío Molina, Eduardo Guerrero, David Coria

Musiciens : Eduardo Trassiera (guitare), Jose Angel Carmona (chant), Jose Manuel Ramos « Oruco » (palmas-compas), Pablo Martin Jones (percussions), José Vicente Ortega « Cuco » (trombone), Agustin Orozco (trombone)

Musique : Eduardo Trassiera (composition de guitare originale et arrangements pour trombones)
Coproduction Biennale de la danse de Lyon 2014, Festival de Marseille_danse et arts multiples, Théâtre National de Chaillot, Théâtre de l’Olivier / Scènes et Cinés Ouest Provence, Festival Internacional Madrid en Danza, Bienal de Flamenco de Sevilla, Théâtre de Nîmes – scène conventionnée pour la danse contemporaine, Ballet National de Marseille, Théâtre de Villefranche Spectacle présenté avec la participation exceptionnelle de la région Rhône-Alpes.

Advertisements

Comments

  1. DanseAujourdhui vous emmène découvrir ce spectacle à Chaillot le 14 mars 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :