« Diagnostic F20.9 » de Jann Gallois

Est-ce un solo, ou bien deux? Avec son introduction très théâtrale, suivie de chorégraphies de plus en plus perturbées, Diagnostic F20.9 ne se portera pas plus mal si on lui atteste un côté bien fêlé.

Son titre désignant la schizophrénie, la pièce se départage de façon parfaitement cohérente. Mieux, Gallois y donne à voir son talent de comédienne, qui s’ajoute à celui d’interprète pour une danse à forte composante acrobatique, ce qu’elle avait amplement prouvé dans P=mg, créé en 2012, où elle met son corps à l’épreuve de la gravité terrestre.

Galerie photo : Laurent Philippe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

En s’intéressant à la schizophrénie, Gallois passe donc de la contrainte horizontale à la verticalité, voire à l’espace mental. Aussi, elle poursuit son questionnement des espaces entre l’intention cinétique et le mouvement final, âprement négocié entre un corps et son environnement.

 

Quand la schizophrénie s’installe progressivement, l’aliénation d’avec soi-même fait l’effet d’un « épais brouillard », comme l’atteste un témoignage en voix off. Et Gallois donne sa vision chorégraphique, où le buste, les jambes et finalement les pieds se désolidarisent de l’esprit. En même temps, le corps, porteur de mémoire et de visions, se débrouille à sa façon et acquiert une sensibilité d’autant plus vive.

 

Galerie photo : Laurent Philippe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Aussi, Gallois entre dans des ralentis, dans l’apesanteur et autres états seconds, lumineusement dessinés. Car si la perception se brouille, si le corps se dérègle, la schizophrénie n’empêche en rien la clairvoyance. Traversée par ce paradoxe, bien droite dans son costume de bourgeoise, Gallois commence par se heurter à des parois invisibles.

 

Petit à petit, elle se met à errer dans son propre corps et donne l’illusion de perdre l’autorité sur un pied rebelle, une jambe paresseuse ou son buste en évasion. Ces désobéissances gestuelles interrogent avec acuité les conflits entre le corps et l’esprit, leurs dysfonctionnements et la notion de normalité.

 

Galerie photo : Laurent Philippe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

De P=mg à Diagnostic F20.9, Gallois se met à imprimer une marque très identifiable dans le paysage chorégraphique. Cette nouvelle création, présentée en première mondiale à Suresnes dans le cadre de Cités danse connexions, confirme les bonnes impressions laissées par son solo précédent, ainsi que les multiples distinctions obtenues dans divers concours internationaux.

Thomas Hahn

Cités danse connexions#2 du 24 au 26 janvier 2015 dans le cadre de Suresnes Cités Danse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :