Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou, qui dirigent leur compagnie Chatha parlent d’une seule voix, pas seulement au sujet de leur création Sacré printemps! qui sera donnée en février aux Hivernales d’Avignon, et en mars au Tarmac, à Paris. La révolution tunisienne est désormais au centre de leur œuvre et les oblige à se réinventer en tant qu’artistes.

Hafiz Dhaou et Aïcha Mbarek @ Hafiz Dhaou

Hafiz Dhaou et Aïcha Mbarek @ Hafiz Dhaou

Danser Canal Historique: Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou, dans Sacré printemps!, vous installez une trentaine de figurines en noir et blanc sur le plateau. Quelle est leur histoire?

Aïcha M’Barek & Hafiz Dhaou: Elles rappellent le jeune street artiste Bilal Berrini alias Zoo Project. Il dessinait des gens simples, dont beaucoup de réfugiés auprès desquels il était engagé. Au printemps 2011 il est allé à Tunis pour y participer à la révolution contre Ben Ali. Là, il dessinait les martyrs du peuple en lutte. Ses portraits étaient présents dans les rues et ont été adoptés par la population, à l’instar des dessins d’Ernest Pignon-Ernest à Naples ou Alger.

 

DCH: Comment s’est passée votre rencontre avec Zoo Project ?

AM & HD: Quand nous avons vu ces portraits installés dans la médina ou sur l’avenue Habib Bourgiba, nous avons été bouleversés par leur présence. Et nous avons vu un jeune homme qui les démontait le soir pour les installer à un autre endroit, le lendemain. C’était Berrini ! Il nous expliqua que beaucoup de personnes lui demandaient de dessiner par exemple un frère qui avait été tué par la police. Pour lui, ces figurines étaient des camarades vivants, pas des défunts : « Je les amène aux manifestations parce que je suis convaincu que leur disparition serait la fin de nos espoirs. » Il n’avait que vingt-trois ans. Ce n’est qu’en 2014 que nous avons appris qu’il avait été assassiné à Detroit en 2013 et que son corps était resté à la morgue pendant une année sans être identifié.

Sacré-1

« Sacré printemps » @ Blandine Soulage

 

 

DCH: Berrini continue donc à vivre dans Sacré printemps!

AM & HD: Il aurait été facile de prendre en photo ses dessins et de les reproduire. Mais nous avons demandé au dessinateur Dominique Simon de créer des figurines semblables. Parmi les portraits on trouve la jeune Égyptienne qui a été battue et violée par des soldats place Tarir, mais aussi Stéphane Hessel ou des chorégraphes qui sont importants pour nous, comme Héla Fattoumi. Si nous comptons les danseurs, nous avons au total trente-neuf personnes sur le plateau.

 

"Sacré printemps !" @ Blandine Soulage

« Sacré printemps ! » @ Blandine Soulage

 

DCH: Vous faites donc le lien avec la France, ce qui correspond à votre vie personnelle, puisque vous vivez à Lyon depuis longtemps. Tout a commencé bien avant le « Printemps arabe ». Mais vos familles respectives vivent en Tunisie. Comment les Tunisiens ont-ils vécu les événements ?

AM & HD: Il est difficile de trouver une famille dont la vie n’ait pas été bouleversée. Il y a eu beaucoup de séparations, de divorces et bien entendu aussi des morts. Cela dépasse la politique. C’est des gens eux-mêmes qu’il s’agit. Par ailleurs, cette expression de « Printemps arabe » est de toute façon une invention occidentale. Pour les gens sur place tout était très angoissant. Ce n’était pas un printemps. On avait peur d’actes de vengeance et du chaos d’après la révolution, mais bien entendu, la joie de voir la dictature chuter était immense.

 

 

DCH: Que signifient les changements en Tunisie pour vous en tant qu’artistes ?

AM & HD: Après la révolution, nous nous sommes demandés comment il nous a été possible de créer des pièces sous Ben Ali. Inconsciemment, nous avions créé des codes pour communiquer avec les gens. Notre première pièce avait pour titre Le Cachot (Zenzena). C’était en 2002, suite à une blessure au genou. Le sujet était la perte de la liberté de bouger. Le corps comme son propre cachot. Mais le public y a vu autre chose. Au lieu d’applaudir ils ont tapé des pieds, comme s’ils voulaient piétiner le régime. En 2010, nous avons créé Kawa, sur un poème de Mahmoud Darwish. Cette pièce aussi était très importante pour les gens. Mais nous l’avons réellement compris après la révolution, pas avant. Aujourd’hui il nous faut nous réinventer complètement. Nous représentons la liberté, mais aussi comment les corps des Tunisiens restent dans un état d’alerte permanent. Pendant la révolution, les gens avaient peur, mais ils ne se sont pas mis à pleurer pour autant. Par contre, c’est tout simplement inquiétant de voir que votre voisin peut péter un plomb du jour au lendemain.

 

"Sacré printemps !" @ Blandine Soulage

« Sacré printemps ! » @ Blandine Soulage

 

DCH: Cela veut dire que cette liberté soudainement conquise peut avoir l’effet d’une drogue ?

AM & HD: Regardez donc ce qui se passe, jusqu’à aujourd’hui, quand en Tunisie un journaliste tend un micro à quelqu’un. Les gens se mettent à crier d’une voix très aigüe, comme pour dire d’un seul coup tout ce qu’ils n’ont pas pu dire sous la dictature. Tout était interdit, tout le temps. Et du coup, tout semble permis ! Il leur faut d’abord comprendre que leur liberté s’arrête là où elle enfreint celle des autres. Il faut d’abord définir ces limites. Tout prend du temps. Nous l’avons éprouvé par nos propres corps. Comme Sacré printemps! est une pièce sur la révolution, nous n’arrivions plus à parler clairement, quand nous voulions expliquer quelque chose aux danseurs. Nos corps retrouvèrent cet état d’alerte permanent. Et il fallait expliquer beaucoup de choses puisque nous avons invité des danseurs de beaucoup de pays différents. Nous voulions que cette pièce puisse aussi bien faire référence à Maïdan, à Occupy, au mouvement pour la démocratie à Hongkong ou autres. C’est pourquoi il n’y a pas de tapis de danse, que nous portons des baskets et que nous mettons une lumière orange qui rappelle l’éclairage publique.

 

"Sacré printemps !" @ Blandine Soulage

« Sacré printemps ! » @ Blandine Soulage

 

DCH: Le titre fait référence au Sacre du printemps, mais on n’entend aucune citation de Stravinski. La musique est araba-andalouse ou répétitive, façon occidentale et électronique.

AM & HD: Nous voulions des musiques qui créent un lien entre le monde arabe et l’Occident. Mais le geste musical de Stravinski a eu une forte influence sur nos recherches gestuelles et chorégraphiques.

 

DCH: Dans le Sacre, l’élue meurt pour que l’ordre millénaire puisse se perpétuer. Dans une révolution, il se passe le contraire. Les gens décident eux-mêmes de leur avenir. Comme dans la chorégraphie de Nijinski, les danseurs de Sacré printemps! Forment un groupe, du début à la fin. Mais ils manifestent, créent des graffitis, ils prient et font la fête.

AM & HD: Ils font la fête par instinct de survie, et parce qu’ils désirent une vie normale. Les gens ont dépassé leurs peurs grâce à l’humour. La Tunisie est passée par une sorte de thérapie de choc. Les assassinats du syndicaliste Chokri Belaïd et du député Mohamed Brahmi en 2013 ont réveillé beaucoup de consciences. Les gens se sont mis à manifester contre la violence islamiste. Ils ont occupé la place publique, y ont installé leurs tentes et ont fraternisé. Les gens venaient de partout pour faire la fête et manger ensemble. En faisant la fête ils se sont détendus. C’est pourquoi le dialogue fonctionne, que la Tunisie nouvelle se définit par les urnes et que les élections restent pacifiques.

 

"Sacré printemps !" @ Blandine Soulage

« Sacré printemps ! » @ Blandine Soulage

 

DCH: En 2014 on n’a plus vraiment eu de nouvelles par rapport à des attaques islamistes contre des expositions d’art, par exemple. La situation se détend-elle pour de vrai?

AM & HD: La société civile n’a jamais reculé en Tunisie, elle n’a jamais laissé le terrain aux islamistes. Le pays est au cœur d’un processus de transformation et se pose la question du vivre-ensemble à l’avenir. C’est actuellement le sujet de nos pièces, et ce questionnement dépasse de loin le cadre de la Tunisie. Les mêmes questions se posent en Europe où des courants fondamentalistes renaissent également. Il y a peut-être plus d’attaques contre des artistes en France qu’en Tunisie. [NDLR : l’interview date de 2014, donc d’avant l’attentat contre Charlie Hebdo] En Tunisie, les gens commencent à accepter que le pays a aussi besoin d’une composante artistique, ouverte et moderne. En 2011, après la victoire d’Ennahdha aux élections législatives, le pays a commencé un large débat sur le rôle de la religion dans la société tunisienne. Par contre, la religion n’a joué aucun rôle dans le mouvement citoyen révolutionnaire. Il n’y avait ni slogans en faveur, ni contre l’islam. Tout portait sur Ben Ali la liberté et le chômage. Nous espérons maintenant que l’exemple tunisien puisse inciter d’autres pays à considérer la question de l’islam de façon plus détendue. Mais nous pensons aussi qu’il faudra encore une ou deux générations, avant que les Tunisiens croient vraiment en la démocratie.

Propos recueillis par Thomas Hahn

Distribution de Sacré Printemps!

conception, chorégraphie : Aicha M’Barek, Hafiz Dhaou
avec : Stéphanie Pignon, Johanna Mandonnet, Aïcha M’Barek, Amala Dianor, Rolando Rocha, Mohamed Toukabri, Hafiz Dhaou
création musicale : Éric Aldéa, Ivan Chiossone avec la participation de Sonia M’barek
illustrations : Dominique Simon
lumière : Xavier Lazarini
costumes : Michel Amet
régie lumière : Sandrine Faure
régie son : Christophe Zurfluh
poème Horrya Liberté de Khaled Waghlani
composition voix : Sonia M’Barek
constructeur : Bernard Ledey

En tournée :

24 février : Les Hivernales, La Garance, scène nationale de Cavaillon

18 -21 mars : Paris, Le Tarmac

27 mars : Marseille, Le Merlan

25 avril : Anvers, deSingel

2 mai : Tunis, Rencontres chorégraphiques

19-21 mai : Centre dramatique national de Haute Normandie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :